Viktor Orban a conseillé vendredi à ce qu'il nomme la "bulle bruxelloise" de combattre le coronavirus au lieu de s'occuper de la Hongrie, à la suite des critiques de la Commission européenne sur ses pleins pouvoirs et de la mise en garde de seize Etats membres.

"Je ne sais pas qui sont ces gens qui siègent dans la bulle bruxelloise", a déclaré le Premier ministre souverainiste hongrois à la radio publique. "On pourrait sauver des vies en travaillant ensemble et de quoi s'occupe Bruxelles ? De nous", a-t-il ajouté.

La présidente de la Commission Ursula von der Leyen s'est dite jeudi "particulièrement préoccupée" par la décision du parlement hongrois, qui a accordé lundi à Viktor Orban le droit de légiférer indéfiniment par ordonnance, dans le cadre d'un état d'urgence motivé par la pandémie de Covid-19. "Nous prendrons des mesures si nécessaire", a-t-elle dit.

Treize formations membres du Parti populaire européen (PPE), la première famille politique de l'Union européenne, ont réclamé l'exclusion du Fidesz, la formation de M. Orban. Une réunion extraordinaire, dont la date n'est pas précisée, doit être convoquée pour voter sur cette demande.

"On marche sur la tête", a réagi le Premier ministre hongrois dans une lettre adressée vendredi au secrétaire général du PPE, Antonio Lopez-Isturiz White. "Avec tout mon respect, je n'ai pas le temps" de discuter d'autre chose que du coronavirus, a écrit M. Orban dans ce courrier, mis en ligne vendredi sur Twitter par l'un des membres de son gouvernement.

Ce sera la troisième fois que le PPE discute d'une mesure d'exclusion concernant le Fidesz, déjà suspendu depuis mars 2019 sine die. Les précédentes tentatives ont échoué, notamment en raison du soutien que lui a apporté la CDU, le parti allemand auquel appartiennent la chancelière Angela Merkel et Ursula von der Leyen.

Seize États, soit la majorité des membres de l'UE, dont l'Allemagne, ont signé une déclaration commune mettant en garde jeudi contre les violations de l'État de droit dans l'Union européenne au motif de lutte contre la pandémie de Covid-19.

La Hongrie fait l'objet d'une procédure dans le cadre de l'article 7 du traité de l'Union pour violation des Valeurs de l'UE, qui peut en théorie déboucher sur des sanctions.

Coutumier des tirades contre l'UE, Viktor Orban est accusé depuis son retour au gouvernement en 2010 d'affaiblir les contre-pouvoirs au profit du Fidesz.

La Hongrie, peuplée de 9,8 millions d'habitants, comptait officiellement vendredi 623 malades du Covid-19, qui y a fait 26 morts.