Donald Trump a rencontré son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en tête à tête mercredi en marge du sommet du 70e anniversaire de l'Otan pour évoquer les vives tensions provoquées au sein de l'Alliance par l'intervention turque au nord de la Syrie.

Non annoncée, la rencontre intervient trois semaines après une visite du président turc à Washington pendant laquelle le milliardaire républicain s'était dit "un grand fan" de M. Erdogan.

Elle a été "très productive", a précisé le porte-parole de la présidence turque sur Twitter.

La Maison Blanche a confirmé l'entretien, pendant lequel a été évoquée notamment "l'importance que la Turquie remplisse ses engagements vis-à-vis de l'alliance".

Déjà dans le collimateur pour avoir acheté des systèmes de défense antimissile russe S-400, la Turquie a été critiquée au sein de l'Otan pour avoir lancé sans concertation une intervention contre les forces kurdes du nord de la Syrie.

Les tensions sont montées au point de tourner à l'incident diplomatique la semaine dernière quand M. Erdogan a jugé Emmanuel Macron en "mort cérébrale".

Avant le sommet de l'Otan, le président français est revenu à la charge, accusant Ankara de "parfois travailler avec des intermédiaires" du groupe jihadiste Etat islamique et estimé que les deux pays n'avaient "pas la même définition" du terrorisme.

Une rencontre mardi entre les présidents français et turc avec Angela Merkel et Boris Johnson n'avait pas permis de lever "toutes les ambiguïtés" ni d'obtenir les "clarifications" souhaitées", avait estimé le chef de l'Etat français.

Face à ces critiques, la Turquie avait menacé de bloquer l'adoption des nouveaux plans de défense pour les Etats Baltes et la Pologne, voire de la déclaration commune, finalement approuvée.