Europe Les fouilles pour retrouver le corps d’une adolescente disparue en 1983 font apparaître une nouvelle énigme.

"Cherchez où indique l’ange, dans le petit cimetière du Vatican !" Une simple phrase contenue dans une lettre anonyme, envoyée à la famille d’Emanuela Organdi. Une phrase, que le promoteur de justice du Saint-Siège, Gian-Piero Milano, a voulu vérifier. Voilà pourquoi ce mercredi matin, sous un soleil brûlant, une quinzaine de personnes, prêtres, juges, médecins légistes et la famille Organdi, ont assisté à l’ouverture de deux tombes dans le "Campo Santo Teutonico".