L'eurodéputée allemande Pierrette Herzberger-Fofana (Verts/ALE) a annoncé mercredi en séance plénière du Parlement européen avoir porté plainte pour "des violences policières à tendance raciste" subies en sortant de la gare du Nord à Bruxelles, alors qu'elle prenait des photos d'une interpellation de "deux jeunes noirs". Un procès-verbal a été dressé à son encontre pour outrage, notamment pour des faits d'insultes à agents, et une information a été ouverte, a indiqué mercredi le parquet de Bruxelles. L'enquête devra déterminer s'il y a eu des brutalités policières illégitimes et s'il y a bien eu outrage. La police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode) explique qu'à la suite d'un vol avec violence commis samedi dans la rue de Brabant, les patrouilles ont encore été renforcées dans le quartier pour lutter contre le phénomène de criminalité. "Lors d'un contrôle auprès de deux personnes ayant un comportement suspect, les policiers ont été confrontés à une personne qui s'est immiscée dans leur intervention et les a filmés", explique une porte-parole. "La police a procédé au contrôle d'identité de cette femme. Elle a d'abord refusé, mais a ensuite présenté ses papiers d'identité à la police et dans le cadre de la procédure normale, les policiers ont vérifié son identité sur place. Après ce contrôle la femme a pu repartir". La fouille de sécurité a été effectuée par une policière. Sur avis d'un magistrat, un procès-verbal a été dressé mardi contre l'eurodéputée à la suite du contrôle d'identité. Les policiers avaient en effet avisé d'initiative le parquet du contrôle d'une députée européenne. Une enquête interne a été ouverte ce mercredi matin par la zone de police locale, à la suite du dépôt d'une plainte en rapport avec cette intervention.

"J'ai été victime de violences policières et d'un acte discriminatoire à tendance raciste", a dénoncé l'élue allemande née au Mali, à l'ouverture de la séance plénière, avant un débat sur les manifestations antiracistes à la suite de la mort de George Floyd, asphyxié lors d'une intervention policière à Minneapolis (Etats-Unis). Mme Herzberger-Fofana a estimé avoir été "brutalement" plaquée au mur et avoir été "traitée de façon humiliante".

"Pierrette Herzberger-Fofana n'a commis aucun délit", a souligné le co-président du groupe des Verts/ALE, Philippe Lamberts en rappelant la légalité de filmer des interventions policières. "Je ne peux m'empêcher de penser que la couleur de peau de Mme Herzberger-Fofana n'est pas étrangère à ces brutalités". Tout en reconnaissant les difficultés du métier de policier, il a souligné que le monopole de la violence légitime détenu par la police lui imposait "retenue et discernement." Il a exigé "toute la lumière" sur cette intervention et "des sanctions appropriées". Le président du Parlement, David Sassoli, a invité l'élue allemande à lui préciser les faits afin de demander des éclaircissements aux autorités belges.