Fille de l’ancien Premier ministre et ex-commissaire européen Siim Kallas, la patronne du Parti de la réforme est une europhile convaincue. Ancienne eurodéputée influente, Mme Kallas est aussi une passionnée de l’innovation, qui estime que les réglementations ne doivent pas entraver la révolution technologique numérique.

Si elle est investie par le Parlement, elle succédera à Juri Ratas, qui a démissionné mercredi après que son Parti du centre eut fait l’objet d’une enquête pour corruption. Le départ du Premier ministre emporte avec lui la coalition qui comptait en ses rangs le parti d’extrême droite EKRE. Le parti de Mme Kallas, qui était arrivé en tête des élections législatives de 2019 mais n’avait pu former un gouvernement faute de majorité absolue, entamera des négociations avec le Parti du centre.