À partir du 9 juin, il ne sera plus exigé aux voyageurs européens vaccinés venant en France de présenter un test PCR négatif.

Cette nouveauté ne vaut que pour les personnes qui ont une couverture vaccinale complète. La condition de vaccination n’est par ailleurs remplie que deux semaines après avoir reçu la deuxième dose pour les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca et après quatre semaines pour le vaccin Johnson&Johnson. Les autres personnes – même partiellement vaccinées - devront présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures. Pour les voyageurs qui s'y rendent en avion, c’est la compagnie aérienne qui s’assurera de la validité du test.

Vaccinés ou non, les habitants de l’espace européen ne doivent pas présenter de motif impérieux pour se rendre sur le territoire français. C’est également le cas pour les résidents de pays désignés vert - c'est-à-dire où il n’y a pas de circulation active du virus ni de variants préoccupants. Sont concernés notamment l’Australie, le Liban, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Israël.

Les voyageurs venant de pays classés orange – où le virus circule mais est maîtrisé comme les États-Unis et la Grande-Bretagne – devront présenter un test PCR négatif même s'ils sont vaccinés. S'ils ne sont pas vaccinés, ils devront, outre la preuve de ne pas être porteur du virus, fournir un motif impérieux (raison professionnelle, de formation, etc.) justifiant leur voyage et observer une quarantaine de sept jours.

Si le voyageur vient d’un pays classé rouge (Brésil, Inde, Turquie) et même s'il est complètement vacciné, il devra obligatoirement présenter un test négatif, justifier sa présence par un motif impérieux et rester en quarantaine pendant sept à dix jours.