L'initiative, soutenue par l'actrice et militante Pamela Anderson ainsi que par le député européen écologiste Yannick Jadot, demande notamment l'interdiction des cages pour les poules pondeuses, lapins, canards et oies mais aussi les cages de mises bas pour truies ou les cases individuelles pour veaux.

La Commission européenne a indiqué qu'elle "rencontrera(it) les organisateurs pour discuter de l'initiative en détail", dans un communiqué. "Une audition publique sera ensuite organisée par le Parlement européen".

Cette procédure n'est toutefois pas contraignante. La Commission précise qu'elle pourra en effet "proposer une législation, prendre d'autres mesures non législatives ou ne pas agir du tout".

"Dans l'Union européenne, des centaines de millions d'animaux d'élevage sont enfermés dans des cages pendant la plus grande partie de leur vie, ce qui est à l'origine de grandes souffrances", plaide la pétition lancée en septembre 2018 par plus de 170 organisations de défense des animaux, de l'environnement et de consommateurs européens.

Le texte devait recueillir plus d'un million de signatures dans au moins sept pays de l'Union pour être pris en compte par l'UE.

L'initiative a eu un écho particulièrement fort en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays qui ont réuni ensemble près de la moitié des soutiens à l'initiative. Ces deux pays sont déjà parmi ceux de l'UE qui élèvent le moins d'animaux en cage, tout comme en Autriche, au Luxembourg et en Suède. La Belgique, où plus de 60.000 personnes ont signé la pétition, arrive en 6e position, avec 69% d'animaux élevés hors cage, selon des statistiques des militants.