Fake news, divulgation d'informations confidentielles ou simple boulette? Ce lundi 25 janvier, lors d'un conseil municipal, le maire de la ville française de Cabourg Tristan Duval a annoncé - à tort - qu'un reconfinement généralisé allait être instauré en France à compter de jeudi.

Pensant que son micro était coupé, le maire a déclaré: " En off, la presse est pas là, j'étais au téléphone avec le préfet qui malheureusement nous annonce un reconfinement assez dur" . "Tout ferme, comme en mars, sauf les écoles", a encore détaillé Tristan Duval. 

Le hic est que le conseil communal était filmé et retransmis en direct sur la page Facebook de la mairie de Cabourg. Résultat: l'annonce du reconfinement a rapidement fait le tour de la toile et soulevé de nombreuses interrogations. La polémique a été d'autant plus vive que les autorités françaises se sont récemment montrées réticentes à l'instauration d'un reconfinement généralisé.

En effet, la piste actuellement privilégiée par l'exécutif français est d'attendre encore quelques jours afin d'observer un potentiel effet du couvre-feu, avant d'éventuellement instaurer de nouvelles mesures. Selon plusieurs médias français, le président Macron ne devrait pas prendre la parole avant ce samedi 30 janvier.

Démenti et rétropédalage

Face à la polémique, la préfecture du Calvados (le département dans lequel se situe la ville de Cabourg) s'est empressée de démentir l'information. "Le préfet du Calvados indique ne pas avoir eu de conversation ce jour avec le maire de Cabourg sur l'hypothèse d'un reconfinement éventuel", peut-on lire sur Twitter.


Dans un communiqué diffusé ce mardi, Tristan Duval a quant à lui rétropédalé et présenté ses excuses au préfet "pour l'avoir cité alors qu'il n'était pas impliqué". Le maire de Cabourg a également rappelé ne pas avoir eu "connaissance de la retransmission en direct" de ses propos et a précise qu'il souhaitait "simplement informer ses collègues du conseil municipal des scénarii envisagés".