Les marches pour le climat et contre les violences policières prévues samedi à Paris et d'autres actions climat qui devaient avoir lieu vendredi ont été annulées par les organisateurs en raison de la crise du nouveau coronavirus.

"Au vu de l'évolution rapide de la situation sanitaire et suite à l'allocution d'Emmanuel Macron concernant le risque d'épidémie de COVID-19, les organisateurs de la Marche pour le climat le 14 mars ont pris la décision de l'annuler à Paris", ont indiqué les organisateurs, dont Alternatiba et les Amis de la Terre.

"Un dispositif alternatif de mobilisation", dont les détails devraient être dévoilés vendredi dans la journée, va être mis en place, a précisé à l'AFP Elodie Nace, d'Alternatiba.

Les marches sont également annulées à Grenoble, Nantes. Celles de Bordeaux et Toulouse sont maintenues.

Une action de désobéissance civile prévue vendredi matin à Paris à l'initiative du mouvement Youth For Climate a été supprimée. "Nous avons donc préféré décaler l'action pour être plus efficaces un autre jour", ont-ils annoncé.

"Les groupes locaux de Vannes, Dole, Lens, Auray, Paris, Toulon, Clermont-Ferrand, Cambrai, Caen, Strasbourg, Nantes, Toulouse, Montpellier, Dijon, Salon et Carcassonne ont annulé leurs événements les 13 et/ou 14 mars", selon leur site internet.

A "Angers, Albi, Annecy, Bordeaux, Bourges, Brest, Chambéry, Grenoble, Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Valence et Pau", les événements sont maintenus, "certains dans une version raccourcie".

Une autre action de désobéissance civile, prévue à proximité de l'Elysée "pour dresser le VRAI bilan climatique et social d'Emmanuel Macron", organisée par ANV COP21, était en cours vendredi matin, en présence de chercheurs.

"Grève numérique"

La militante suédoise Greta Thunberg, instigatrice des "grèves de l'école pour le climat", avait appelé mercredi à la "grève numérique" face la progression du nouveau coronavirus. "Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter comme telle et nous devons nous unir derrière les experts et la science. Cela vaut bien sûr pour toutes les crises", écrivait-elle sur Twitter.

"Les experts nous demandent d'éviter les grands rassemblements publics" afin de "ralentir" la propagation du virus, poursuit-elle. "Je recommande donc personnellement de faire ce que disent les experts".

Les familles de victimes de violences policières ont également annoncé par communiqué avoir renoncé à leur marche prévue samedi à Paris, appelant "dans l'immédiat" à prendre "soin de nos proches et de nous-mêmes".

Deux figures des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont également appelé sur Facebook à "la responsabilité" en renonçant à l'acte 70 du mouvement samedi. "Il ne faut pas venir sur Paris" et "rester un maximum chez soi", a déclaré M. Rodrigues.

Comme chaque week-end, la préfecture de police a pris un arrêté interdisant aux personnes se revendiquant des "gilets jaunes" de manifester dans un périmètre comprenant les institutions, mais aussi les Champs-Elysées, la gare Saint-Lazare, les Halles et les grands magasins.