L'OACI a décidé "d'entreprendre une enquête factuelle" et souligné "l'importance d'établir les faits sur ce qu'il s'est passé et de comprendre s'il y a eu violation du droit international de l'aviation par un Etat membre de l'OACI, y compris de la Convention (de Chicago, NDLR) sur l'aviation civile internationale et de ses annexes".