Repoussé d'une semaine, le grand débat d'Emmanuel Macron sur la réforme des retraites a finalement eu lieu. Organisées à Rodez (Aveyron), les discussions ont réuni 500 lecteurs de la presse régionale. Parmi ces derniers, un jeune homme n'est pas passé inaperçu. 
Prenant la parole pour revendiquer plus d'actions au niveau de l'environnement, l'étudiant n'a pas hésité à dire ce qu'il pensait au président. "Depuis le début de votre quinquennat vous communiquez sur ça (NDLR: l'écologie) avec des hashtags, mais rien n'est fait", a-t-il notamment lancé au chef d'Etat.

Une remarque qui n'a pas spécialement plu à Emmanuel Macron qui a répondu au jeune homme avec beaucoup d'ironie. "Vous m'avez fait un énorme tacle par derrière en disant que je ne fais que des hashtags, a commenté le président en souriant. Je dirais que ce n'est pas juste (...). Je vais quand même défendre ma cause et mon bout de gras". Le président a ainsi refusé de dire que rien n'est fait et à plutôt inviter les Français à se mobiliser avec lui. "C’est trop facile de s’indigner, moi j’ai besoin de l’énergie de tout le monde. Si vous vous indignez, venez m’aider!”, a demandé le chef d'Etat. 


"J'ai besoin d'une jeunesse qui aide à nettoyer les rivières", a-t-il encore ajouté. Emmanuel Macron avait déjà tenu un discours similaire face à la presse dans l'avion qui l'emmenait au sommet du G7 à New York. Comme l'avait relayé le Parisien, le président français avait vivement encouragé les jeunes "qui descendent dans les rues tous les vendredis" à passer l'action, avec par exemple des grandes opérations de ramassage sur les plages.