International C'est à Dammartin-en-Goële que sont situés les locaux d'Aldi Marché, censés approvisionner les supermarchés d'Ile-de-France. Plus précisément, à quelques dizaines de mètres de la désormais célèbre imprimerie CTD, où les frères Kouachi se sont retranchés au matin du vendredi 9 janvier dernier.

Suite au déploiement massif des forces de l'ordre, les employés d'Aldi avaient donc passé la majeure partie de la journée confinés dans leurs bureaux, avant d'être finalement évacués en milieu d'après-midi, racontent nos confrères du Huffington Post.

Un départ forcé mais prématuré du lieu de travail que l'employeur ne laissera visiblement pas passer. Pas de circonstances exceptionnelles qui tiennent pour Aldi, puisque Le Parisien nous apprend que les heures non prestées ont tout simplement été retirées aux membres du personnel, qui devront donc les rattraper. Une décision qui scandalise Laurence Moissard, déléguée syndicale interrogée par le quotidien de la capitale : "On quitte les lieux par mesure de sécurité et on nous retire le temps en-dessous des sept heures ! Il aurait fallu que l'on dise au GIGN 'Attendez, on ne peut pas partir tout de suite, on n'a pas fait nos sept heures'?"


Aldi dément

Directement attaqué dans cette affaire, le groupe Aldi a tenu à démentir ces "informations erronées" dans un communiqué : "Aucune perte de salaire n'affectera les salariés, aucune heure ne sera à récupérer, que les salariés aient été présents ou non le 9 janvier."