Ce mardi matin, Alain Juppé profitait de son passage sur Europe 1 pour attaquer frontalement son rival à la primaire de la droite et du centre. Sans hésitation, le maire de Bordeaux accusait François Fillon d'avoir une position 'floue" sur l'avortement. Une stratégie offensive plutôt étrange quand l'on sait que l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a - encore récemment - écrit dans son livre que l'IVG est un 'droit fondamental' pour les femmes. De plus, les convictions religieuses de François Fillon n'avaient pas suscité la moindre polémique lors des cinq années passées à Matignon.



Ce mercredi, invité dans la même émission matinale de Jean-Pierre Elkabbach, François Fillon a tenu à riposter. A la question de savoir s'il était "catholique, réactionnaire ou tradi", le favori pour l'investiture de droite indique ne certainement pas être un traditionnaliste et il se défend aussi d'être un réac'. En clair, Fillon regrette les "attaques basses" de son adversaire et appelle ce dernier à "retrouver un peu de dignité".



"Est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contraire à l'avortement ? Que la campagne reprenne sa dignité et qu'on cesse les polémiques qui sont inqualifiables et qui, franchement, abaissent le niveau. Ca fait trente ans que je suis parlementaire: est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contraire à l'avortement? Une seule fois? Est-ce que vous avez vu une seule fois dans un programme de François Fillon des propos concernant le retour sur la loi Veil? Jamais, voilà", s'est insurgé le député de Paris.