Marine Le Pen a fait mercredi ses premiers pas à l'Assemblée nationale française, accompagnée des sept autres députés du Front National (extrême droite), au milieu d'une cohue de journalistes. Les députés FN -cinq élus dans le nord de la France dont Marine Le Pen, et trois autres dans le sud, dont son compagnon Louis Aliot mais aussi Gilbert Collard, réélu- se sont d'abord retrouvés dans un café à proximité, déjà sous l'objectif de nombreuses caméras. Ils ont ensuite fait, peu avant 11 heures et devant des photographes et des caméras par dizaines, leurs premiers pas à l'Assemblée nationale, avant de récupérer leur mallette de députés et de faire des photos officielles.

Marine Le Pen, présidente du Front national, a évoqué une "émotion particulière de faire mon entrée avec mes camarades" et une "pensée" pour les frontistes qui n'ont pas été élus, alors que le FN espérait des dizaines de députés, et au moins quinze pour constituer un groupe parlementaire.

"Les représentants du peuple entrent à l'Assemblée, plus nombreux qu'ils ne l'étaient. C'est évidemment un motif de satisfaction", a-t-elle ajouté. L'Assemblée sortante ne comptait que deux députés FN, Gilbert Collard, réélu, et la nièce de la présidente, Marion Maréchal Le Pen, entrée à 22 ans à l'Assemblée dont elle était la benjamine, mais qui a annoncé son retrait provisoire de la vie politique.

Le nouveau benjamin de l'Assemblée, Ludovic Pajot, 23 ans, élu dans le nord, est également issu des rangs du Front national.

"Ce mode de scrutin est un véritable scandale et nous ne vivons pas dans une véritable démocratie, car avec 1,5 million de voix au second tour des législatives, nous avons huit députés", a ajouté Marine Le Pen, un chiffre qu'elle a comparé à ceux d'autres partis ayant moins de voix mais plus de députés.