Un reportage diffusé ce mercredi soir sur France 2 a vivement interpellé les téléspectateurs.

Dans la lignée du documentaire de Sofie Peeters sur le harcèlement de rue dans certains lieux de Bruxelles, la séquence tournée en caméra cachée montre que les femmes sont exclues des cafés dans certains quartiers en France, et que leur présence est inexistante dans certaines rues. Pour mener l'enquête, une équipe de France Télevision a suivi deux militantes de La Brigade des Mères, une association, dans une banlieue de la région parisienne.

"Dans ce café, il n’y a pas de mixité, t'es à Sevran, pas à Paris (...) on est dans le 93 ici, c'est une mentalité différente ici, c'est comme au bled", lâche sèchement un homme. A Sevran en Seine-Saint-Denis, les femmes ne sont pas les bienvenues dans les bars. Nadia et Aziza n'hésitent pas à braver ces interdits pour montrer cette réalité en caméra cachée. Selon elles, il s'agit d'un problème de tradition, de culture et de religion. Elles se battent au quotidien pour la liberté des femmes dans ces quartiers, et ce malgré les intimidations qu'elles essuient.

Même constat à Rillieux-la-Pape, en périphérie lyonnaise. Des habitantes se réunissent pour résister face à ces jeunes hommes qui y règnent en maîtres. « Il fallait briser cette loi du silence », explique la journaliste Caroline Sinz à Franceinfo. "J'espère que je n'ai pas été caricaturale. Je n'ai pas pointé du doigt, j'ai posé les choses. A chacun de se faire son idée. Je ne regarde pas les choses avec une orientation politique mais il fallait dire 'attention, regardez le sort de ces femmes' », ajoute-t-elle.