"On s'est baissé, et puis on s'est dit on y va..." Les jeunes Américains ayant maîtrisé l'homme qui voulait apparemment faire feu vendredi sur des passagers d'un train Amsterdam-Paris ont raconté avec un grand naturel l'exploit qui en a fait des héros loués notamment par le président Barack Obama.

"On a entendu un coup de feu et du verre brisé", a raconté à plusieurs médias Alek Skarlatos, 22 ans, après avoir reçu une médaille de la ville d'Arras des mains du maire, Frédéric Leturque. C'est dans cette ville du nord de la France que le train à grande vitesse a été dérouté pour permettre l'arrestation du suspect par la police française.

Le jeune Alek, membre de la garde nationale de l'Oregon (ouest) récemment rentré d'une mission en Afghanistan selon des médias américains, passait des vacances en Europe avec ses amis Spencer Stone, également militaire, et Anthony Sadler, étudiant.

"Au début je n'ai pas compris ce qui se passait", a-t-il expliqué. "Puis j'ai regardé en arrière et j'ai vu un type avec une AK (AK47, fusil d'assaut kalachnikov). Mon ami (Spencer) et moi on s'est baissé et puis on s'est dit 'on y va', je lui ai dit 'vas-y' et il y est allé. Il a été touché par un couteau après l'avoir plaqué et à ce moment je suis arrivé et j'ai attrapé le fusil et puis en fait on l'a frappé à la tête jusqu'à ce qu'il perde conscience".

"Alek a dit à Spencer, 'va le choper'. (...) Le gars a sorti un cutter et il a tailladé Spencer à l'arrière du cou, il lui a pratiquement coupé le pouce aussi, Spencer l'a tenu et on l'a finalement maîtrisé, on a fini par l'attacher, il était inconscient", a raconté de son côté Chris Norman, un consultant britannique âgé de 62 ans, qui voyageait dans le même wagon et s'est joint aux jeunes Américains pour maîtriser l'assaillant.

"Spencer a bien couru dix mètres pour attraper le type et on ne savait pas si son arme fonctionnait ou pas ou quoi que ce soit du genre, mais Spencer a couru quand même et on a vraiment de la chance que personne n'ait été tué", a souligné de son côté M. Skarlatos.

L'homme lourdement armé était en possession d'un fusil d'assaut kalachnikov mais aussi d'un pistolet automatique, de neuf chargeurs et d'un cutter.

Sur des images filmées par M. Skarlatos avec un téléphone portable à l'intérieur du train et diffusées par plusieurs chaînes de télévision, on peut voir le suspect, un jeune homme mince, portant un pantalon clair et torse nu, plaqué au sol sur le ventre, les mains attachées dans le dos. Une kalachnikov est posée contre un siège et du sang est visible sur une vitre du wagon. Le suspect, qui selon les premiers éléments de l'enquête est un jeune Marocain âgé de 26 ans, n'a rien dit pendant l'attaque et "avait l'air dans un état second", selon Anthony Sadler.

Les jeunes gens ont indiqué avoir pu parler au téléphone à Spencer Stone, qui a été hospitalisé, et "va bien". "Il n'arrive pas à croire que tout ça s'est passé", a poursuivi M. Sadler, se disant "très fier de (son) ami". "Je suis juste un étudiant, je suis venu voir mes amis pour mon premier voyage en Europe et on a arrêté un terroriste, c'est plutôt dingue."

Le président Barack Obama a salué l'action "héroïque" des Américains qui ont probablement empêché une "tragédie bien pire", précisant que les Etats-Unis allaient rester en "contact étroit" pendant l'enquête avec les autorités françaises, qui ont également salué l'action des jeunes Américains.