Le président Nicolas Sarkozy a confirmé lundi soir qu'une seule et "même personne" était à l'origine des fusillades contre une école juive et des militaires dans deux villes du sud-ouest de la France, et a annoncé le relèvement au maximum du niveau d'alerte antiterroriste dans cette région.

"La motivation antisémite semble évidente", a ajouté le président français, précisant qu'il recevrait les représentants de la communauté juive mardi.

Le président français a également annoncé le déclenchement du plan Vigipirate écarlate et la suspension de sa participation à la campagne présidentielle.

Dans une déclaration solennelle, le président de la République a également annoncé la mise en place de mesures de sécurité exceptionnelles dans le Sud-Ouest, où trois militaires semblent avoir été abattus par le même tueur la semaine passée.

Le chef de l'Etat a précisé que la même arme avait servi lors de ces assassinats et il a évoqué, parmi les mobiles possibles du tueur, l'antisémitisme et le racisme.

Le plan Vigipirate est normalement destiné à prévenir les actions terroristes. Le niveau écarlate est son niveau le plus élevé, il se traduit par le contrôle de tous les passagers lors de l'accès aux trains, l'arrêt du trafic aérien civil, la limitation ou arrêt de la distribution d'eau du robinet, et la mise en place d'un réseau de substitution.

Une enquête antiterroriste aux "moyens exceptionnels"

Des "moyens exceptionnels" ont été mobilisés pour retrouver l'auteur de la fusillade.

Arrivé en fin de matinée près du collège juif Ozar Hatorah, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'"absolument tout" serait mis en oeuvre pour retrouver le tueur.

La traque du tueur est la "priorité des priorités" et "l'objectif numéro un" des forces de l'ordre avec "obligation de résultats très rapides", selon des sources policières.

"Chaque acte a été mené de façon préméditée contre des cibles choisies, soit parce qu'elles appartenaient à l'armée, soit parce qu'elles étaient dans un lieu confessionnel", a-t-on indiqué. Dans les trois cas, le tireur s'est enfui en scooter après l'attaque.

"Gigantesque chasse à l'homme"

Selon une source policière, c'est même l'ensemble des services de la DCPJ qui sont mobilisés, soit des milliers d'hommes et de femmes incluant les services centraux spécialisés de la DCPJ et les directions interrégionales de la police judiciaire (DIPJ) en province.

M. Sarkozy a indiqué que le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, allait rester "à Toulouse le temps qu'il faudra".

"Il y a une mobilisation totale de tous les services de police et de gendarmerie", ont déclaré un membre du cabinet du ministre de l'Intérieur et des sources policières dans ce qui est qualifié par ces dernières de "gigantesque chasse à l'homme".

Des moyens d'enquête "sophistiqués" avec des "profileurs" et spécialistes d'internet, sur le terrain, à Toulouse notamment où des rondes ont été organisées et "multipliées", héliportés, aux frontières, de renseignement, ont été déployés, selon les sources.

Ils mobilisent toutes les directions police/gendarmerie, des CRS à la sécurité publique via les brigades de gendarmerie et la police judiciaire ou de renseignement, dont "l'essentiel doit être la coordination et la remontée de toutes les informations, la plus petite soit-elle".