Le blocus de Gaza n'est pas viable en l'état et doit être changé, ont affirmé les dirigeants des huit pays les plus industrialisés dans une déclaration commune publiée samedi à l'issue de leur sommet annuel à Huntsville (Canada). "Les dispositions actuelles ne sont pas viables et doivent être changées", indique le texte de ce communiqué final, au sujet du blocus imposé à la bande de Gaza par Israël.

"Nous demandons instamment à toutes les parties de travailler ensemble pour mettre en oeuvre la résolution 1860 du Conseil de sécurité des Nations unies et pour assurer l'aide humanitaire et la circulation des biens commerciaux et des personnes, en provenance et à destination de Gaza", ajoutent les dirigeants du G8.

"Nous regrettons profondément les morts violentes et les blessures subies au cours des événements qui ont eu lieu le 31 mai au large de Gaza", indique encore ce texte, qui se félicite toutefois de "la décision prise par le gouvernement israélien de créer une commission publique indépendante pour enquêter sur ces événements, avec une participation internationale". Cet assaut par des commandos de la marine israélienne contre une flottille humanitaire internationale se rendant à Gaza avait fait neuf morts parmi les passagers.