Bigre... S'était-il imaginé devoir subir cette drache de critiques ou d'injures? Le changement de domicile de Gérard Depardieu ne cesse de soulever des bourrasques.

Ce mardi sur France2, l'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit n'a pas mâché ses mots. "Il va s’embêter !" a-t-il déclaré. "Qu’est-ce qu’il va faire en Belgique là, à la frontière dans le nord de la France !". "C’est un grand acteur, mais un grand acteur, ça peut aussi ne pas fonctionner dans sa tête..." "C’est pas parce qu’il a vu Bienvenue chez les Ch’tis qu’il va maintenant passer sa vie là-bas, tout ça c’est ridicule (...) Qu’on arrête avec ce truc, il va revenir en France, n’ayez pas peur !".

Ce mardi matin toujours, mais dans Libération cette fois, l'acteur Philippe Torreton a été encore plus sec. "Alors Gérard, t’as les boules ?", a-t-il titré dans le quotidien. "Tes sorties de route vont toujours dans le même fossé : celui du "je pense qu’à ma gueule", celui du fric, des copains dictateurs, du pet foireux et de la miction aérienne, celui des saillies ultralibérales… (…) Mais Gérard, tu pensais qu’on allait approuver ?"

"On va se démerder sans toi pour faire de ce pays un territoire où l’on peut encore, malgré la crise, (…) faire des films et monter des spectacles grâce à des subventions obtenues en prélevant l’impôt", a-t-il poursuivi avant de conclure, en citant Cyrano de Bergerac, personnage qu'avait incarné Gérard Depardieu : "Un pays que tu quittes au moment où l’on a besoin de toutes les forces, en plein siège d’Arras, sous les yeux des cadets médusés... Adieu".