International

La gauche a subi dimanche une nette défaite dans plusieurs villes importantes au second tour des municipales. Avec quelques exceptions notables, dont Paris où, selon une estimation Ipsos-SAS pour i>Télé, Anne Hidalgo arrive en tête avec 54,5% des voix. A 54 ans, Anne Hidalgo, bras droit du maire socialiste sortant Bertrand Delanoë, a battu sa rivale de droite UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, 40 ans, proche de l'ancien président Nicolas Sarkozy, qui était arrivée première lors du premier tour.

Autre victoire socialiste: à Lille où Martine Aubry enchaîne pour un nouveau mandat. Elle a raflé 54,03% des voix dans une triangulaire qui l'opposait à l'UMP (31,79%) et au FN (14,22%). Reste à voir si Martine Aubry conservera la présidence de la Communauté urbaine de Lille alors que plusieurs municipalités de l'agglomération lilloise, dont Roubaix et Tourcoing, sont passées à droite.

Trois grandes villes pour le FN 

Robert Ménard, candidat soutenu par le FN, a obtenu la mairie de Béziers où il bénéficie d'une avance confortable avec 47%. Victoire aussi à Fréjus (Var) pour le FN. Avec Hénin-Beaumont conquis dès le premier tour, le parti de Marine Le Pen remporte donc trois villes de taille. La présidente du FN a annoncé sur France 2 "avoir déjà remporté 6 ou 7 villes, peut-être davantage". Confirmation dans la soirée: le Front national s'impose dans 8 villes au total. Par contre, Marine Le Pen ne pourra pas compter sur Forbach (Moselle) où le n°2 du FN, Florian Philippot, est battu.

A Perpignan , Louis Aliot (FN) est battu lui aussi. C'est l'UMP qui l'emporte. Et quand la droite conserve Perpignan, Avignon bascule à gauche. La PS Cécile Helle fait 47,20% selon de premières estimations, devant le candidat FN.

L'UMP Jean-Claude Gaudin conserve la mairie de Marseille. Avec 42,6% des suffrages, il termine loin devant le candidat socialite Patrick Mennucci (30,2%). En troisième position, le FN obtient 27,2% des voix. Une troisième place de choix malgré tout. En effet, le frontiste Stéphane Ravier devient le maire FN "le plus important" d'après Reuters. Il emporte le septième secteur de Marseille qui compte 150.000 habitants répartis sur deux arrondissements.

Dans le même temps, plusieurs villes basculent à droite: il s'agit de Reims et Quimper. Même chose pour Toulouse où l'UMP Jean-Luc Moudenc est élu maire au terme d'un second tour extrêmement serré contre le PS (51-49%).

Le président du MoDem, François Bayrou, a enlevé dimanche la mairie de Pau au Parti socialiste qui la détenait depuis 1971, au second tour des élections municipales avec un score autour de 60%, face au député PS David Habib, a annoncé l'entourage du centriste à l'AFP. Au premier tour, l'ancien candidat à l'élection présidentielle, qui tentait sa chance pour la troisième fois dans la cité béarnaise, avait déjà largement viré en tête face à son challenger, rassemblant 41,85% contre 25,77% pour M. Habib.

Valls à Matignon?

En cette soirée de second tour des municipales, les rumeurs d'un remaniement du gouvernement vont bon train. Sur la radio française RTL, Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire, a annoncé que le remaniement aura lieu ce lundi 31 mars. Plusieurs sources affirment que Jean-Marc Ayrault aurait présenté sa démission au Président de la République. Si cette dernière est acceptée, les Français verraient bien Manuel Valls entrer à Matignon selon un dernier sondage.

Copé: face à la "vague bleue", Hollande doit "changer de politique"

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé dimanche que face à la "vague bleue" des élections municipales, François Hollande devait "absolument changer de politique, très rapidement". Ce changement doit porter sur "le plan fiscal, la lutte contre le chômage et (...) la précarité", a-t-il dit sur TF1.

Il faut aussi que le chef de l'Etat "retire la réforme pénale de Mme Taubira qui sera une catastrophe pour la délinquance, ainsi que la réforme des rythmes scolaires", a-t-il poursuivi. "C'est une très grande sanction pour la gauche. Je ne vois pas comment François Hollande ne va pas devoir très rapidement tirer les conséquences de ce message", a-t-il ajouté.

Selon lui, "cette vague bleue est liée au fait que l'UMP, depuis deux ans, s'est reconstruite, a mobilisé énormément sur le terrain". "Il va falloir que François Hollande fasse un choix", a martelé Jean-François Copé : "est-ce qu'il continue à augmenter les impôts ? A peser sur les charges des entreprises ? A fermer les yeux sur la montée de la délinquance et obnubile le débat public avec des questions de société ? Le temps est venu pour le président Hollande d'entendre les propositions de l'UMP. Il faut baisser les charges des entreprises et baisser les dépenses publiques", a-t-il insisté.

Le FN, deuxième force de France?

France 2, pas avare en sondage ce soir, a livré cette enquête d'opinion concernant les élections européennes: si ce scrutin européen avait lieu la semaine prochaine, l'UMP sortirait en tête suivi du... FN, puis du PS.

Participation en baisse

Le taux de participation aux élections municipales s'élevait dimanche à 17H00 à 52,36%, soit moins qu'au premier tour à la même heure (54,72%), a annoncé le ministère de l'Intérieur. Lors des dernières municipales il y a six ans, le taux de participation à 17H00 était de plus de deux points supérieur, à 54,45%. Une estimation publiée par Ipsos aux alentours de 18h20 donne un taux d'abstention de 38%, soit un nouveau record historique pour un deuxième tour des municipales.