La réforme de l'UE dont le Premier ministre britannique David Cameron souhaitait discuter au sommet de Riga n'y a finalement pas été abordée, a déclaré vendredi le président français François Hollande. De tels entretiens, "il n'y en a pas eu, c'est une évidence, en réunion plénière, mais même dans des apartés, il n'y a eu aucune discussion", a déclaré M. Hollande aux journalistes, "et d'ailleurs, ce n'était pas le lieu et ce n'était pas le moment".

"S'il y a des discussions, elles auront lieu d'abord à un niveau bilatéral puisque je recevrai David Cameron le 28, la chancelière le recevra le 29", a-t-il poursuivi, prédisant que d'autres discussions auront sûrement lieu avec la Commission européenne "dans les prochaines semaines".

Quant au référendum sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'UE, "l'Europe n'est pas intéressée par un vote. S'il a lieu, il faudra y répondre mais là, pour l'instant, je ne suis pas saisi d'une proposition particulière de la Grande-Bretagne", a déclaré le président français.

"Ça viendra. J'imagine que David Cameron va venir avec un certain nombre de propositions", a-t-il ajouté.

A son arrivée vendredi matin à Riga, M. Cameron avait affirmé qu'en "travaillant ensemble", les 28 étaient en mesure d'"améliorer l'Union européenne". "Aujourd'hui, je vais commencer sérieusement à discuter avec les autres dirigeants pour réformer l'UE et renégocier la relation du Royaume-Uni avec l'Union", avait ajouté M. Cameron.