Il fait partie des paparazzi les plus recherchés de France: Sébastien Valiela est l'un des photographes qui a pris les clichés de François Hollande publiés dans "Closer". L'homme n'est pas un amateur. En 1994 c'est lui qui avait réalisé pour "Paris Match" les photos de Mazarine, la fille de François Mitterrand.  Interrogé lundi 13 janvier par RTL France, il note que la sécurité de l'actuel président laisse à désirer. Il assure ainsi qu'il aurait pu attaquer physiquement le chef de l'Etat "sans aucun problème".

Selon Sébastien Valiela, qui a travaillé avec un collègue photographe sur cette affaire, le service de sécurité est "quasiment" inexistant. Le président n'était d'ailleurs suivi que par "un officier de sécurité, qui est son garde du corps habituel, l'un des plus proches". Et d'ajouter: "À partir du moment où [François Hollande] était dans l'appartement, la sécurité partait". Sa visite terminée, il sortait, avant de faire "le tour du pâté de maison sur un scooter, le casque pas attaché et aucun véhicule derrière".

Un manège qui se reproduisait "tous les soirs, sans sécurité, sous [ses] yeux". Mais le photographe reconnait qu'il a dû beaucoup ruser pour réaliser les clichés publiés et qu'il n'a disposé que de quelques minutes.

Valérie Trierweiler "ne sortira pas de l'hôpital lundi soir" 

La compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, hospitalisée depuis la révélation il y a trois jours d'une liaison du chef d'Etat français "ne sortira pas de l'hôpital lundi soir" comme cela avait été initialement envisagé, a-t-on appris auprès de son cabinet.

"Les médecins estiment qu'elle a besoin de plus de repos", a-t-on précisé de même source. Victime d'un "coup de blues", la première dame, 48 ans, a été hospitalisée vendredi, quelques heures après les révélations du magazine "Closer" sur la liaison entre le chef de l'Etat, 59 ans, et la comédienne Julie Gayet, 41 ans. François Hollande tient mardi la troisième conférence de presse de son mandat devant un parterre de 500 journalistes.