La décision de report du Brexit à fin d'octobre ne passe pas bien dans la presse britannique. Divers journaux parlent jeudi d'une "humiliation" et lancent le nouveau terme "Halloween Brexit". 

Après de longues négociations lors du sommet européen sur le Brexit, il a été accepté que le Royaume-Uni reçoive un nouveau délai jusqu'au 31 octobre avant de quitter l'Union européenne. La décision sur le report est tombée juste avant 2 heures du matin (1 heure au Royaume-Uni) dans la nuit de mercredi à jeudi. Pour beaucoup de médias britanniques, il était donc trop tard pour que cela apparaisse dans leur journal papier. Mais sur leurs sites, ils se montrent ce jeudi matin très critiques.

De nombreux médias font le lien avec la fête d’horreur Halloween, qui a également lieu le 31 octobre. "L'horreur d'Halloween de Theresa May", titre l'article principal du site du tabloïd The Daily Mail. "La Grande-Bretagne est en route pour un Brexit d'Halloween humiliant, maintenant que les dirigeants européens ont ignoré Theresa May et lui ont donné jusqu'au 31 octobre pour faire approuver son accord", a déclaré le magazine à propos de l'extension "flexible" de l'article 50 du traité de l'Union européenne pour préparer le retrait de l'un de ses Etats membres.

"Le cauchemar de May", écrit pour sa part The Sun. "Le Brexit a été reporté à nouveau, jusqu'à Halloween, une humiliation pour May", explique le média. "Est-ce que nous partirons un jour?" "Le Brexit reporté à Halloween", mentionne également l'article principal sur le site Daily Mirror. "C’est le cauchemar avant le Brexit" pour les eurosceptiques. "

Le journal The Telegraph a également un "Halloween Brexit" sur son site Web. "Ce report signifie que la Grande-Bretagne participera presque certainement aux élections européennes du mois prochain, ce qui suscite la colère des députés eurosceptiques." En outre, The Guardian critique également la nouvelle extension du processus de Brexit. Le titre de la première page du journal est le suivant: "L’Europe écoute May et dit non". Les chroniqueurs du magazine approfondissent les informations sur le site Web. Il y est question d'une nuit humiliante "quand 27 autres pays ont décidé de notre destin". "La Grande-Bretagne restera dans l'UE jusqu'à la fin du mois d'octobre, mais avec moins de pouvoir et de statut (...). C'est comme si on l'envoyait dormir dans la deuxième chambre ou dans le pavillon de jardin."

"Un report ne résoudra pas l'impasse du Brexit. En fin de compte, seul un vote public ou des élections générales peuvent le faire", ajoute le Guardian.

Le journal gratuit Metro fait le lien sur sa page d'accueil avec une autre grande nouvelle de mercredi. Le journal montre la photo du trou noir, avec le titre en grosses lettres à côté: "A quoi ressemble le Brexit depuis l'espace".