Née à Bogota le 25 décembre 1961, fille d’un ancien ministre colombien de l’Education et d’une ancienne reine de beauté devenue sénatrice, Ingrid Betancourt est une femme politique franco-colombienne enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) le 23 février 2002. Elle faisait alors campagne pour son parti Oxigeno Verde dont le but était d’établir un dialogue simultané entre tous les acteurs du conflit colombien. Elle fut enlevée par les Farc alors qu’elle se dirigeait en voiture vers la ville de San Vicente, dans le centre de la Colombie, et malgré les avertissements de l’armée que la guérilla tenait régulièrement des check points sur cette route. Sa décision d’y aller malgré tout lui fut amplement reprochée. Elle fut libérée six ans et demi plus tard, le 2 juillet 2008, grâce à une opération de l’armée colombienne qui simula une opération humanitaire. Une polémique débuta rapidement avec le témoignage d’autres codétenus qui l’accusèrent d’avoir été arrogante ou mesquine lors de sa détention. A l’automne 2010, elle publiait "Même le silence a une fin", qui figure parmi les meilleures ventes de l’année.