Six ressortissants de pays d'Asie centrale ont été interpellés à Saint-Pétersbourg pour avoir voulu recruter des "terroristes", a annoncé mercredi l'antenne locale du Comité d'enquête. Il s'agit du premier coup de filet des autorités russes visant des milieux "islamistes" depuis l'attentat ayant fait 14 morts lundi dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Les enquêteurs précisent toutefois que ces interpellations ne sont pas "pour le moment" liées à l'auteur présumé de l'attentat.

Ces six personnes cherchaient à recruter des "personnes en grande partie originaires d'Asie centrale pour perpétrer des crimes à visée terroriste", a déclaré le comité.

Elles les poussaient à rejoindre "des groupes armés illégaux", y compris hors de Russie", et "à participer aux activités" de l'organisation Etat islamique (EI) et de l'ex-Front al-Nosra (la branche syrienne d'Al-Qaïda), rebaptisé aujourd'hui Fateh al-Cham.

Des perquisitions ont eu lieu au domicile des suspects, où ils ont trouvé entre autres des ouvrages "islamistes et extrémistes", a-t-il ajouté.

Le kamikaze auteur de l'attentat du métro a été identifié par les enquêteurs comme Akbarjon Djalilov, né au Kirghizstan en 1995. Selon les autorités kirghizes, l'homme de 22 ans vivait en Russie depuis 2011 et possédait la nationalité russe.