Israël a bouclé les territoires palestiniens pendant 48 heures, à l'occasion de Yom Kippour, le Grand Pardon, la fête la plus sacrée du judaïsme, qui débute vendredi au coucher du soleil, a-t-on appris auprès de l'armée.

Tous les points de passage de Cisjordanie vers Israël ont été fermés à minuit (jeudi à 21H00 GMT) et rouvriront dimanche à la même heure (samedi 21H00 GMT), a indiqué un communiqué militaire.

Israël ferme systématiquement les points de passage, sauf urgence humanitaire avec la Cisjordanie et Gaza lors des principales fêtes juives, de crainte d'attentats.

Mais cette année, pour la première fois en 33 ans, la journée de Yom Kippour, consacrée au jeûne et à la prière, coïncide avec la fête musulmane de l'Aïd al-Adha, la fête du sacrifice célébrée de samedi matin à mardi soir.

Pendant toute la fête juive, les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ne pourront donc pas se rendre à Jérusalem ou en Israël mais dès dimanche matin les points de passages seront réouverts et des aménagements sont prévus par l'armée pour permettre à quelque centaines de Palestiniens de retrouver leurs proches pour les festivités de l'Aïd, a également annoncé l'armée.

La grande inquiétude des autorités, surtout samedi, est que des membres de l'un ou l'autre des groupes religieux ne se livrent à des provocations ou qu'ils ne ressentent comme telles certains agissements.

A Jérusalem-est, théâtre chronique de heurts encore plus nombreux cet été, la police concentrera ses efforts sur le site hautement sensible de l'Esplanade des mosquées (le Mont du temple pour les juifs), troisième lieu saint de l'islam qui surplombe le Mur des lamentations, lieu le plus sacré du judaïsme, a indiqué la police.

En Israël, pendant toute la période de Yom Kippour, le trafic aérien, les transports en commun et les programmes à la radio et à la télévision sont totalement interrompus.

Les ports et les frontières terrestres avec la Jordanie et l'Egypte sont également fermés.