Japon : nouvel incendie à Fukushima 1, crainte de catastrophe majeure

Japon : nouvel incendie à Fukushima 1, crainte de catastrophe majeure
© D.R.

International

AFP

Publié le

La crainte d'une catastrophe nucléaire majeure s'est encore accrue mercredi après un nouvel incendie à la centrale japonaise de Fukushima 1, où les accidents se succèdent depuis le très fort séisme de vendredi qui a probablement fait plus de 10.000 morts.

Un nouvel incendie s'est déclaré mercredi au réacteur 4 de Fukushima 1, au lendemain d'une explosion qui avait provoqué un premier incendie et endommagé le toit du bâtiment extérieur, a annoncé l'exploitant de la centrale.

Cet enchaînement d'avaries nourrit les vives craintes d'une contamination radioactive dans l'archipel, ainsi que dans les pays voisins comme la Russie et la Chine.

Mais les autorités japonaises ont affirmé mardi que la radioactivité n'atteignait un niveau dangereux pour la santé que sur le site même de la centrale, autour des quatre réacteurs endommagés.

"Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'ici, il ne fait pas de doute que les niveaux atteints peuvent affecter la santé des êtres humains", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano. Seuls 50 des 800 employés de la centrale ont été maintenus sur le site, situé à 250 km au nord-est de Tokyo.

Par précaution, le Premier ministre Naoto Kan a élargi la zone de sécurité autour de la centrale, appelant les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées.

"Restez à l'intérieur, fermez les fenêtres, ne mettez pas en marche les ventilateurs et ne sortez pas votre linge", a demandé M. Edano.

Ces mesures s'ajoutent à l'évacuation, ordonnée samedi, des plus de 200.000 personnes habitant à proximité de cette centrale située dans le nord-est, sur les côtes de l'océan Pacifique.

En revanche, les 35 millions d'habitants de l'agglomération de Tokyo, la plus importante au monde, n'ont pas besoin de prendre des précautions particulières, selon le gouvernement.

La tension est cependant montée dans la capitale lorsque le taux de radioactivité a légèrement dépassé la normale à la mi-journée, avant de redescendre dans l'après-midi.

Poussés par le vent, ces rejets radioactifs sont consécutifs à l'explosion d'hydrogène qui s'est produite à l'aube mardi dans le bâtiment qui abrite le réacteur 2. L'étendue des dégâts, notamment sur l'étanchéité de l'enceinte, restait incertaine.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a simplement fait savoir mardi qu'il était possible que le coeur du réacteur 2 ait été légèrement endommagé.

Une autre explosion a déclenché mardi un incendie dans le réacteur 4, qui était à l'arrêt pour maintenance lorsque le séisme s'est produit. Une hausse de la température a été relevée dans les deux autres réacteurs, 5 et 6, mardi après-midi, avant le nouvel incendie mercredi au réacteur 4.

Une panne des systèmes de refroidissement des réacteurs avait été provoquée par le tsunami ayant suivi le séisme de magnitude 9, le plus puissant jamais enregistré au Japon. Le gouvernement a toutefois dit exclure "la possibilité d'un Tchernobyl".

L'accident de Fukushima pourrait être le deuxième le plus grave de l'histoire du nucléaire civil puisqu'il atteindrait un niveau de gravité 6 sur l'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, qui en compte 7, selon le président de l'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste.

Le commissaire européen à l'Energie, Günther Oettinger, a parlé d'"apocalypse" et estimé que les autorités locales avaient pratiquement perdu le contrôle de la situation à Fukushima 1.

"Pratiquement tout est hors de contrôle", a-t-il dit, ajoutant : "je n'exclus pas le pire dans les heures et les jours à venir".

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé l'arrêt immédiat, pour trois mois, des sept réacteurs nucléaires les plus anciens du pays. Les pays de l'UE ont décidé d'effectuer des tests de résistance de leurs centrales aux tremblements de terre, raz-de-marée et attaques terroristes tandis que le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a commandé une étude sur le secteur en Russie.

Le président américain Barack Obama a pour sa part déclaré qu'il souhaitait que les Etats-Unis examinent "comment améliorer la sûreté et la performance de leurs centrales nucléaires".

Les accidents à Fukushima 1 ont ravivés les craintes des antinucléaires dans le monde entier et, selon le chef de l'Agence internationale de l'énergie, Nobuo Tanaka, ceci risque de retarder le développement mondial de cette technologie et de compliquer la lutte contre le changement climatique.

De nombreux pays étrangers ont déconseillé les voyages au Japon et recommandé à leurs ressortissants expatriés à Tokyo de partir vers le sud de l'archipel ou à l'étranger.

Outre le nucléaire, l'autre priorité des autorités japonaises est de porter secours aux plus de 500.000 sinistrés accueillis dans des écoles ou des salles municipales.

Les 100.000 soldats mobilisés, épaulés par de nombreux secouristes étrangers, ont été chargés de répondre aux énormes besoins en eau potable et en vivres, et de remettre en état de marche les infrastructures (routes, téléphone, etc.).

Aucun trouble à l'ordre public n'a été signalé dans la zone dévastée, où les sinistrés font preuve de stoïcisme et de solidarité.

Le bilan officiel s'est établi mardi soir à 3.313 décès, mais il devrait continuer à fortement augmenter au fur et à mesure de la découverte des corps dans les champs de ruines n'ayant pas été encore fouillés.

Témoignant de l'inquiétude des investisseurs, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo s'est effondré de 10,55% après avoir perdu 6,18% la veille, entraînant dans sa chute les autres places boursières.

L'activité économique devrait rester fortement perturbée dans les prochains jours avec la suspension partielle de la production de grands groupes comme Toyota.

Plusieurs compagnies aériennes ont pris des mesures de précaution, soit en annulant des vols vers Tokyo soit en les redirigeant vers Osaka ou Nagoya.

La centrale nucléaire de Hamaoka (centre) fonctionne de manière sûre après le séisme de magnitude 6 qui s'est produit mardi soir au sud-ouest de Tokyo, a indiqué mardi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Le Centre d'incidents et d'urgences de l'AIEA a "vérifié auprès du Japon que la centrale nucléaire de Hamaoka, située à 100 km de l'épicentre selon les estimations... continuait de fonctionner en sécurité", a indiqué l'agence dans un communiqué.

- La crise nucléaire s'aggrave après une nouvelle explosion à l'aube liée à la présence d'hydrogène dans le réacteur 2 de la centrale de Fukushima 1, puis un incendie du réacteur 4, également à la suite d'une explosion. Légère hausse de température dans les réacteurs 5 et 6 de la centrale.

- "Le niveau de radioactivité a considérablement augmenté" sur le site (Premier ministre Naoto Kan). Son porte-parole annonce quelques heures plus tard que le niveau a commencé à baisser. Appel aux personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées chez elles.

- L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) estime que l'enceinte de confinement du réacteur 2 a peut-être été "affectée". L'enceinte de confinement "n'est plus étanche" et cet accident nucléaire a atteint un niveau de gravité 6 (sur une échelle de 7), selon l'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN). Les autorités japonaises ont annoncé que l'explosion a endommagé l'enceinte, mais sans la percer.

- Le niveau de radiations consécutif à l'incendie "pourrait endommager la santé" des populations (ministre japonais des AE).

- Le taux de radioactivité à Tokyo dépasse légèrement la normale à la mi-journée, avant de redescendre.

- Bilan officiel du séisme et du tsunami: 3.373 morts, 6.746 disparus.

- Les 100.000 soldats mobilisés, épaulés par de nombreux secouristes étrangers, continuent de porter secours aux plus de 500.000 sinistrés.

- Dans la soirée, fort séisme de magnitude 6 au sud-ouest de Tokyo.

- Berlin annonce la fermeture provisoire de sept réacteurs. Moscou ordonne une étude du nucléaire. L'UE décide des tests de résistance de ses centrales.

Lizin et le bourgmestre favorables à un débat sur la sécurisation de la centrale

Anne-Marie Lizin, lors du conseil communal de Huy, a demandé un débat sur les investissements de sécurisation à réaliser sur le site de la centrale nucléaire de Tihange. L'ancienne bourgmestre a été entendue par Alexis Housiaux, l'actuel bourgmestre, qui a proposé de recréer la commission nucléaire communale. Anne-Marie Lizin a fait part de ses inquiétudes quant à la capacité de résistance de Tihange 1, la plus ancienne unité du site tihangeois. "Il faudrait que le conseil communal demande aux responsables de Suez de venir nous parler de la problématique et des investissements à réaliser en terme de sécurité", a indiqué Mme Lizin.

Cette dernière considère que la prolongation du nucléaire doit en tout état de cause être conditionnée à des investissements importants susceptibles d'accroître la capacité de résistance des sites nucléaires belges. Le MR Jacques Mouton et l'Ecolo Denis Léonard se sont inquiétés du fait que la convention conclue entre la ville de Huy et la centrale n'est pas respectée. "Deux pompiers devraient être présents en permanence sur le site de la centrale, ce n'est pas le cas. Faire respecter cette convention est de notre compétence", a déploré Denis Léonard.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous