International

La Chine et l'Union Européenne font front commun pour défendre l'accord de Paris.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde mercredi le président américain Donald Trump contre un éventuel retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le changement climatique. "Je suis un trans-Atlanticiste", a-t-il déclaré lors d'un débat à Berlin sur le futur de l'Europe. "Mais si dans les prochaines heures ou prochains jours le président américain affirme qu'il veut se retirer de l'accord de Paris, c'est le devoir de l'Europe de dire: 'Cela ne fonctionne pas comme ça'".

Donald Trump doit annoncer sa décision sur cet important accord signé par 147 pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, jeudi à 21h00. Les spéculations vont bon train sur la possibilité qu'il décide de renoncer à l'accord. La Maison Blanche a refusé de commenter cette éventualité.

M. Juncker a souligné que le changement climatique plaçait 83 pays face au risque de disparaître en raison de la montée du niveau de la mer.

"Ce n'est pas seulement une question du futur de l'humanité en Europe, c'est avant tout au sujet du futur de l'humanité partout", a-t-il affirmé.

Il a aussi mis en garde Donald Trump qu'il n'était peut être pas aussi facile qu'il le pense de se retirer du traité. Cela prendrait en fait trois à quatre à Washington de s'en soustraire, a-t-il assuré, ajoutant que l'idée que les Etats-Unis pourraient tout simplement "disparaitre" de l'accord n'était pas correcte.

"Tout ce qui est écrit dans la législation et tout ce qui est écrit dans les accords internationaux ne relève pas de la "fake news" (fausse nouvelle, ndlr)", a poursuivi le Luxembourgeois. "Il faut s'y tenir."

Donald Trump fera connaître sa décision ce jeudi.