Le candidat de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon s'est refusé ce dimanche soir à donner une consigne de vote à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle. Le candidat d'extrême gauche estime que le duel Macron/Le Pen qui s'annonce au second tour est de nature à faire jubiler "les médiacrates et les oligarques".

S'exprimant devant ses partisans, le député européen a souligné qu'il ne disposait d'aucun mandat pour donner une consigne de vote aux "insoumis". Il a appelé son mouvement à rester groupé dans l'optique du second tour et au-delà. "Nous restons fidèles à la devise: Liberté, Egalité, Fraternité", a-t-il conclu devant ses supporters.

"Le résultat qui a été annoncé ne sera pas le bon"

Le candidat, qui a connu un revers ce dimanche avec 19,64 %, avait d'abord affirmé sur Facebook qu'il ne reconnaissait pas les résultats. Lors de son discours, vers 22h, il s'est montré particulièrement remonté, voire incohérent dans certains de ses propos.

Voici ses principales déclarations:

"En toute hypothèse, ce n’est pas le résultat qui a été annoncé qui sera le bon. Le ministère de l’Intérieur a attendu jusque minuit pour révéler les vrais résultats.

Rien n’est si beau pour les média-cracs qu’un duo qui veut maintenir les institutions actuelles et compte s’en prendre aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays.

Je ne saurai dire ni faire davantage à cette heure.

Chacun, chacune d’entre vous sait en conscience quel est son devoir. Dès lors, je m’y range, je n’ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui m’ont supporté à présenter ma candidature .

Nous pouvons êtres fiers de ce que nous avons entrepris. Je vous appelle à rester groupés, en mouvement et à être un mouvement car les défis que nous avons nommés sans en cacher aucune des difficultés qu’ils soulèvent pour les régler, ces défis restent à relever.

Ceux qui prétendent aujourd’hui à l’honneur de nous représenter tous ont déjà fait la démonstration qu’ils étaient incapables d’y penser.

Patrie bien aimé, vous êtes un matin tout neuf qui commence à verser. Fidélité à la devise de la République."