L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) continue de s'inquiéter du programme nucléaire nord-coréen, a déclaré lundi à Vienne Yukiya Amano, le patron de l'agence spécialisée de l'ONU.

"Je demeure très préoccupé par le programme nucléaire" de ce pays détenteur de l'arme atomique, a déclaré M. Amano devant le conseil des gouverneurs de l'agence.

Pyongyang doit "respecter ses obligations" internationales, a-t-il insisté, alors que la Corée du Nord a tiré lundi des missiles en mer et promis de mener "des frappes impitoyables" contre les Etats-Unis et la Corée du Sud, qui ont commencé leurs exercices militaires conjoints annuels.

La Corée du Nord a réalisé trois essais nucléaires, en 2006, 2009 et 2013. Elle s'oppose aux inspections de l'AIEA depuis 2009.

Selon une évaluation faite en février par des experts américains, le pays pourrait détenir jusqu'à 100 têtes nucléaires militaires d'ici à 2020, et serait en mesure de les miniaturiser suffisamment pour en équiper des missiles capables d'atteindre le Japon.

Les mêmes experts estiment que les sanctions internationales imposées à ce pays n'empêchent en rien la poursuite de son programme nucléaire militaire.

La Corée du nord est considérée comme un cas unique au monde de dynastie communiste. Trois générations de la famille Kim y règnent sans partage depuis la fin de la guerre avec le Sud (1950-53).