L'ancien pape Benoît XVI n'a aucun regret d'avoir démissionné et "remercie Dieu" pour cette décision qui lui a rendu "sa liberté", selon un livre d'entretiens à paraître vendredi en Allemagne. 

"Je remercie Dieu que cette responsabilité, que je ne pouvais plus porter, ne pèse plus sur moi, que je puisse en toute humilité avancer avec Lui, pouvoir vivre avec des amis et que des amis puissent me rendre visite", dit-il dans l'ouvrage "Conversations finales" du journaliste allemand Peter Seewald.

S'il reconnaît que sa décision en février 2013 d'être le premier pape en sept siècles à démissionner "n'a bien sûr pas été facile", Joseph Ratzinger souligne "que c'était le bon moment".

L'ex-pape allemand explique que sa réflexion a commencé après son voyage au Mexique et à Cuba en mars 2012. Il avait alors compris qu'il n'aurait pas la force de participer aux Journées mondiales de la jeunesse à Rio l'année suivante.

L'ouvrage ne contient aucune révélation sur le scandale des prêtres pédophiles, Benoît XVI y assurant "s'être saisi des choses dès qu'elles (lui) sont parvenues" lorsqu'il était encore préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi.

Sur son successeur, le pape allemand confie que lorsqu'il entendit que Jorge Bergoglio avait été choisi, "j'ai d'abord été incertain. Mais ensuite j'ai vu comment il parle avec Dieu, avec les hommes, j'ai été très content. Heureux".

Benoît XVI relève que lui-même n'a "peut-être pas été assez parmi les hommes" et juge dès lors "très bien" que le pape François soit si direct. "Bien sûr, je me demande combien de temps il tiendra comme ça (...) car cela demande beaucoup d'énergie".