L'équipe de B-Fast a atterri à l'aéroport international de Katmandou, mardi après le coucher du soleil, plus de 45 heures après son départ de Melsbroek. Il va falloir maintenant décharger le plus vite possible les dix tonnes de matériel et s'adresser aux Nations Unies pour connaître le lieu d'affectation de l'équipe. L'aéroport de Katmandou, assailli par les avions de l'aide internationale, n'a finalement pu accueillir l'appareil belge que mardi soir, après que le feu vert à l'atterrissage a été accordé alors que le soleil était déjà couché. Une bonne nouvelle pour les sauveteurs mais également pour les 87 personnes - dont 41 Belges - qui s'envoleront en principe dans quelques heures pour quitter le Népal.

Une partie de l'équipe s'est immédiatement attelée au déchargement des 10 tonnes de tentes, de denrées alimentaires, de matériel médical et de sauvetage que contenait l'avion. Une opération qui devrait durer deux heures. L'équipe médicale partira ensuite le plus vite possible chercher un blessé qui - si son état le permet - devrait embarquer et repartir avec l'avion belge.

Dans le même temps, le staff va se renseigner auprès du centre de coordination des Nations Unies pour connaître l'endroit où les Belges seront affectés. "J'espère qu'on nous désignera un secteur ce soir encore, afin que nous puissions commencer à travailler dès demain matin", a déclaré le chef de mission Gilles Du Bois D'Aische. "Tout le monde, tant ici qu'en Belgique, a fait tout ce qu'il pouvait pour que nous puissions arriver le plus vite possible sur place. Nous sommes prêts à nous donner à fond."

Le fait que mercredi matin, près de quatre jours se seront écoulés depuis que le séisme s'est produit, ne rend pas l'équipe pessimiste. "Le gros avantage réside dans le fait que d'autres équipes ont entretemps déjà fouillé plusieurs secteurs. Ils ont donc pu indiquer des zones où il y a de bonnes chances d'encore retrouver des survivants sous les décombres", a précisé le chef de l'équipe de recherche et de sauvetage, Rik Telamon.

Les sauveteurs belges se sont montrés soulagés d'être enfin arrivés, notamment en applaudissant à tout rompre l'équipage de l'avion.


MSF Belgique se rend dans la région de Gorkha, la Croix-Rouge attend du stock

L'équipe de MSF Belgique est arrivée à Katmandou lundi en fin de journée, indique mardi l'organisation. Disposant de 1.200 kilos de matériel (dont du matériel chirurgical pour opérer de manière autonome au moins trois jours), elle est notamment composée d'une équipe chirurgicale et d'une autre médicale. Elle a pour objectif de se rendre dans la région de Gorkha, où les besoins semblent considérables. De nombreux villages y sont isolés et difficiles d'accès. En raison de la congestion à l'aéroport de Katmandou, il n'est pas encore assuré que les deux avions cargo qui ont décollé hier d'Ostende avec 30 tonnes de matériel pourront atterrir ce mardi dans la capitale népalaise.

Du côté de la Croix-Rouge, on rappelle qu'au moins 8 millions de personnes ont été affectées par le séisme de samedi. Plus de 5.000 maisons sont totalement détruites et 15.000 autres sont inhabitables car menaçant de s'effondrer. Seize camps ont été établis dans la vallée de Katmandou pour abriter les personnes déplacées.

Des dizaines de milliers d'abris d'urgence et des kits de première urgence ont déjà été distribués. Quarante mille personnes ont déjà été aidées. Mais les stocks de la Croix-Rouge à Katmandou sont à présent vides.

Sept Unités d'intervention d'urgence (ERU), des unités autonomes incluant équipements et personnels, ont été déployées. Il s'agit d'un hôpital de campagne, de deux unités de soins de santé de base, de deux équipes logistiques, d'une unité spécialisée dans les secours d'urgence et d'une équipe IT/Telecom.

Trois vols charters chargés de secours sont également en préparation, le premier décollera mercredi de Kuala Lumpur (Malaisie) avec à son bord des secours pour 2.000 familles.