Le WTC 7 - sujet sur le Net de plusieurs thèses conspirationnistes sur les attentats du 11 septembre 2001 - s'est effondré à cause d'un enchaînement d'événements extraordinaires - dont le feu et l'absence d'eau dans les sprinklers, a conclu jeudi soir le National Institute of Standards and Technology (NIST) dans un rapport de 400 pages publié après trois ans d'enquête.

Selon l'enquête, le feu a pris dans cet immeuble de 47 étages, construit en 1987, à cause de débris enflammés tombés des tours jumelles. Personne n'est mort dans la chute spectaculaire de cet immeuble. Il avait été déserté rapidement par ses 4000 employés de Salomon Brothers, de l'antenne locale de la CIA ou, encore, de la Securities and Exchange Commission.

"Notre étude a trouvé que les flammes dans le WTC 7, qui étaient incontrôlées mais similaires à celles observées dans d'autres gratte-ciel, ont causé un événement extraordinaire, a dit l'enquêteur en chef du NIST Shyam Sunder. L'expansion par le feu des poutrelles des planchers a provoqué la rupture d'une colonne critique, qui a initié un effondrement progressif qui a mis l'immeuble à terre." Le WTC 7 s'était effondré à la verticale, en 6,5 secondes, sept heures après la chute de la deuxième tour jumelle de Manhattan...

Qu'il était situé à 110 mètres du WTC1, après d'autres buildings restés intacts, et s'était effondré comme s'il avait subi une "démolition contrôlée" par explosifs avait interpellé bon nombre d'Américains. Certains avaient remis en cause la thèse officielle et mis en place des réseaux de "Truthers", des chercheurs de vérité. L'étude officielle n'a pas envisagé l'hypothèse que le building se soit effondré par une explosion au thermate, une variante militaire du thermite utilisé par les démolisseurs, dont des traces avaient été retrouvées dans les décombres. Les enquêteurs n'ont pas testé cette hypothèse car ils ont estimé que 50 kg de thermate auraient dû être déposés contre la colonne pour la faire plier, ce qui était peu probable.

Le rapport, compilé par une cinquantaine d'experts en explosifs et en construction, a aussi établi que si les sprinklers de l'immeuble avaient fonctionné, celui-ci ne se serait pas effondré. L'eau du quartier avait été coupée par la chute des tours jumelles.