La garde civile espagnole a interpellé 14 personnes samedi matin à Barcelone (nord-est) en relation avec le "terrorisme islamique radical" et a réalisé plusieurs perquisitions, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Le matériel saisi dans le cadre de ces perquisitions est en cours d'analyse, a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur, tout en précisant qu'Alfredo Perez Rubalcaba, le ministre de l'Intérieur, donnerait une conférence de presse à ce sujet à 11H30 GMT à Madrid.

L'opération "se poursuit" et de nouvelles interpellations ou perquisitions pourraient être réalisées au cours de la journée, a ajouté le représentant du ministère.

Cette "opération contre le terrorisme islamiste radical" est le fruit d'une enquête commune de la garde civile et des services de renseignement espagnols, le Centro nacional de inteligencia (CNI), a expliqué le ministère dans un bref communiqué.

Le ministère n'a pas donné de détails sur les activités des personnes arrêtées et leur relation avec le "terrorisme islamiste radical".

La radio privée espagnole Cadena Ser (groupe Prisa) a indiqué que les personnes interpellées étaient liées à un réseau de financement de "certaines branches d'Al-Qaïda".

Toutes les interpellations ont été menées dans le quartier du Raval, proche du centre de Barcelone où vit une forte population immigrée musulmane, selon la même radio.

Ce n'est pas la première fois que Barcelone et sa région, la Catalogne, sont visées par des opérations contre le terrorisme islamiste.

En mai 2007, un réseau d'endoctrinement, de recrutement de combattants et de financement d'organisations terroristes d'Afrique du Nord et d'Irak avait été démantelé dans cette même région. 15 personnes, dont treize Marocains et deux Algériens, avaient été interpellées.