Après une fausse piste, la police allemande recherchait toujours le ou les coupables mardi dans la soirée. Elle appelait les Berlinois à la prudence. Après une longue journée d’incertitude, le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière a indiqué dans la soirée que l’attentat au camion commis sur un marché de Noël le 19 décembre aurait été revendiqué par Daech. Une impression confirmée en soirée. "Un soldat de l’EI a commis l’opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale" anti-EI, a communiqué Amaq, l’agence de propagande de l’organisation djihadiste.

Un faux héros

Le ou les coupables étaient toujours en fuite mardi dans la soirée. Le matin du drame, les Allemands s’étaient réveillés persuadés qu’un suspect avait été arrêté. Le "héros" qui l’aurait suivi depuis les lieux du drame jusqu’à quelques kilomètres de là, était célébré pour son courage. Finalement, le chef de la police fédérale allemande, le BKA, Holger Münch a annoncé en début d’après-midi que le demandeur d’asile pakistanais appréhendé la nuit précédente n’était "probablement pas" le coupable. Aucune preuve n’a pu être trouvée lors d’une descente de police dans les hangars de l’ancien aéroport de Tempelhof où sont logés les demandeurs d’asile. Holger Münch a appelé les Berlinois à l’extrême prudence tant que des suspects n’auraient pas été arrêtés. Il n’a pas exclu que de nouveaux événements puissent se produire en Allemagne. Il ne pouvait pas non plus dire avec certitude si une ou plusieurs personnes étaient impliquées.

Les commerçants qui tiennent les stands des marchés de Noël à Berlin ont été invités à rester fermés au moins pendant quelques jours par le Sénat de la ville. Un peu partout en Allemagne mais aussi en Europe, la surveillance autour des festivités a été renforcée.

Lors des derniers bilans, les autorités allemandes annonçaient 12 morts et 45 blessés lors de l’attentat. Aucun enfant ne se trouve parmi les personnes décédées a indiqué la police. Le chauffeur du camion de 38 tonnes, un Polonais qui a probablement été enlevé avec son véhicule, a été retrouvé mort dans la cabine du camion, tué une balle dans la tête. La police pense qu’il a conduit le camion jusqu’à proximité du marché avant d’être abattu.

La chancelière Angela Merkel a promis dans son allocution que cet "acte inhumain" allait être "éclairci dans ces moindres détails et puni aussi sévèrement que notre loi le permet". En toute hypothèse, le maire SPD de la ville, Michaël Muller, a invité les habitants à conserver son multiculturalisme. "Berlin ne peut exister sans la cohabitation de différentes nations", a-t-il plaidé.

© DR