Une note préparatoire du président du Conseil européen Herman Van Rompuy en vue du sommet européen du 11 mars touche à quelques "grands tabous" du paysage social belge et crispe les syndicats, indique jeudi Le Soir. Cette note est un document préparatoire au sommet européen informel des pays de la zone euro, le 11 mars, qui doit déboucher sur des décisions pour la fin du mois relatives aux réformes pour stabiliser la zone euro.

Elle prône notamment d'améliorer les systèmes d'indexation salariale, ce que les syndicats traduisent par une volonté de les limiter. Le document recommande aussi une baisse des salaires dans la fonction publique ainsi qu'une décentralisation de la négociation salariale, ce qui risque de réduire l'influence syndicale.

La note suggère une réduction des mécanismes de départs anticipés (prépensions), un alignement de l'âge de la pension sur l'espérance de vie (soit un relèvement), la fin des restrictions "excessives" des heures d'ouverture des commerces, ainsi que davantage de flexicurité au travail, à compenser par des taxes sur la consommation (TVA), un impôt souvent jugé injuste dans le monde syndical car il ne tient pas compte du revenu des personnes.

Le texte reste toutefois prudent, en laissant le choix aux Etats de prendre les mesures qu'ils veulent pour assurer leur compétitivité.