Ce n'est un secret pour personne : Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon sont loin d'être les meilleurs amis du monde. Le débat idéologique houleux entre les deux hommes sur les ondes de RTL France vendredi dernier en était une nouvelle preuve. 

Jamais avare d'une attaque frontale à l'encontre de l'auteur du Suicide français, le leader du Parti de Gauche se délecte sur son blog d'une interview accordée par Eric Zemmour de l'autre côté des Alpes, à un journaliste du prestigieux Corriere della Sera. Entretien qui n'a curieusement pas fait parler de lui dans les médias français, malgré les propos terriblement surprenants qu'y tient l'ancien chroniqueur d' On n'est pas couché.

"Nous sommes le pays avec la première communauté musulmane d'Europe" y raconte Zemmour à l'heure de pointer les coupables de ce qu'il considère comme la "destruction de la France" : "Les musulmans ont leur propre code civil, à savoir le Coran. Ils vivent entre eux, en périphérie. Les Français sont contraints de s'en aller."

Et quand le journaliste lui demande de donner une solution après avoir mis le doigt sur les problèmes de la France, le polémiste reconnaît qu'une déportation des cinq millions de musulmans de France est "irréaliste", mais "l'histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 qu'un million de pieds-noirs quitteraient l'Algérie pour rentrer en France vingt ans plus tard? Ou qu'après la guerre, cinq ou six millions d'Allemands quitteraient l'Europe centrale où ils vivaient depuis des siècles?" Son interlocuteur lui fait alors remarquer qu'il évoque là d'exodes provoqués par des tragédies historiques, Zemmour enchaîne : "Je pense que nous allons vers le chaos. Cette situation d'un peuple dans le peuple, de musulmans à l'intérieur des Français, mènera au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes vivent ici, en France, et ne veulent pas vivre à la française."

Interrogé sur le sujet, Eric Zemmour livre alors sa définition de la vie du Français lambda. Vivre à la française, c'est "donner à ses fils des noms français, être monogame, s'habiller à la française, manger à la française, du fromage par exemple. Plaisanter aux terrasses des cafés ou faire la cour aux jeunes filles."

Après s'être présenté comme "celui qui dit tout haut ce que les Français pensent tout bas, d'où le succès de mon livre", Zemmour conclut en prenant ses distances avec le Front National : "Sur certains thèmes, nous sommes très éloignés [...] D'un point de vue social, le FN est désormais beaucoup trop à gauche." Et de s'élever lui-même, dans un dernier éloge adressé à sa propre personne : "Je ne me place pas sur le terrain des partis, ma dimension est celle des idées. Je conduis une guerre culturelle." Rien que ça.