La Délégation palestinienne à Bruxelles a vu samedi son statut rehaussé à celui de Mission, dont le chef portera désormais le titre d'ambassadeur, a annoncé le ministère belge des Affaires étrangères.

Cette mesure était prévue depuis octobre 2012, après l'accession de "l'entité" palestinienne au statut d'Etat observateur non-membre de l'ONU, mais sa formalisation restait suspendue à un accord officiel du président palestinien, Mahmoud Abbas.

Ce dernier "a marqué son accord lors d'une rencontre bilatérale" avec le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, qui l'a rencontré samedi à Amman, la capitale de Jordanie, a précisé le ministère.

M. Reynders effectue actuellement une visite dans les territoires palestiniens avant de se rendre lundi et mardi en Israël.

La "délégation générale palestinienne auprès de la Belgique, du Luxembourg et de l'Union européenne devient aujourd'hui +Mission de Palestine+. Le chef de mission porte le titre d'ambassadeur", selon un communiqué du ministère.

"Ce rehaussement reflète le soutien belge et européen à la solution des deux Etats, ainsi que le constat fait par les organisations internationales d'un processus de mise en place d'institutions étatiques", palestiniennes, a ajouté le ministère.

La Belgique avait voté en octobre 2012 à l'Assemblée générale de l'ONU, en faveur de la résolution faisant de "l'entité" palestinienne un "Etat observateur non-membre", aux côtés de 13 autres Etats de l'UE, dont la France et l'Espagne.

Douze de leurs partenaires s'étaient abstenus, dont l'Allemagne et le Royaume-Uni, tandis que la République tchèque avait voté contre.


Didier Reynders a rencontré le président de l'Autorité palestinienne

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est dit "très heureux" samedi de la volonté claire affichée par le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, d'aller au bout des négociations dans le cadre du processus de paix israélo-palestinien.

Ces négociations, qui avaient repris fin juillet après quasiment trois ans d'interruption en raison de profonds désaccords, traversent actuellement une phase de tension.


Lors d'un entretien "chaleureux" à Amman (Jordanie) avec le président Abbas, M. Reynders a insisté pour que les deux parties évitent toute action unilatérale qui pourrait mettre un terme aux négociations. Il a également rappelé que la Belgique était favorable à une solution fondée sur la coexistence de deux Etats indépendants dans la paix et la sécurité.



Mahmoud Abbas lors d'une conférence de presse (Crédit Photo: Reporters)


Par ailleurs, le ministre a, à nouveau, fait part de sa volonté d'organiser au premier trimestre 2014 une conférence internationale visant à associer des entreprises privées dans le processus de paix au Proche-Orient.

Mahmoud Abbas a assuré M. Reynders de la participation de son gouvernement à cette conférence. Pendant l'entretien, le chef de la diplomatie belge a aussi évoqué la coopération bilatérale entre la Belgique et les Territoires palestiniens, en matière d'éducation et de gouvernance locale.

En début d'après-midi, Didier Reynders a ensuite rendu visite à son homologue jordanien, Nasser Judeh.