La tête LREM aux européennes Nathalie Loiseau a figuré sur une liste d'extrême droite dans sa jeunesse, rapporte Mediapart.

Le site français explique que Mme Loiseau était sur une liste lors d'élections étudiantes à Sciences Po en 1984.

Mediapart explique qu'elle apparaissait sur la liste "commission paritaire" de l'Union des étudiants de droite (UED), syndicat né sur les cendres du GUD (Groupe union défense, un syndicat étudiant d'extrême droite aujourd'hui dissout).

La principale intéressée se défend et évoque une "erreur", en précisant qu'elle n'avait pas perçu la couleur politique de cette liste à l'époque.

"À ce moment-là, j'ai été, d'après mes recoupements – parce que pour être tout à fait honnête j'avais complètement oublié cet épisode –, approchée pour participer à une liste qui voulait accentuer le pluralisme à Sciences Po, alors quasi inexistant, et qui cherchait des femmes. J'ai dit oui. Si ceux qui étaient sur la liste avaient un agenda extrémiste, je ne les ai pas fréquentés, je ne l'ai pas perçu, et si c'est le cas c'est une erreur. Si j'avais identifié des membres du GUD sur cette liste, évidemment que je n'aurais pas accepté d'y figurer. Je regrette d'avoir été associée à ces gens-là".

Interrogé par l'AFP, l'entourage de Nathalie Loiseau explique que cette histoire "est complètement tirée par les cheveux".

Nathalie Loiseau a tenu à réagir en vidéo sur son compte Twitter :