Pour Europol, ces groupes se sont développés à l’ombre des attentats.

La violence accrue du crime organisé représente la plus grande menace pour la sécurité de l’Europe, dépassant de loin le terrorisme et la migration, a annoncé mardi soir Europol, l’agence européenne de coopération entre les polices criminelles.

Les groupes de mafia venus d’Italie, d’Albanie et d’Europe de l’Est ainsi que les gangs de motards sont les principaux acteurs de cette violence, ont déclaré des responsables lors d’une conférence organisée par l’agence italienne anti-mafia et Europol, qui siège à La Haye.

Les groupes asiatiques, africains et sud-américains se sont aussi lancés dans le crime organisé en Europe, avec 110 milliards d’euros brassés dans ce domaine chaque année. De plus en plus de ces groupes travaillent en collaboration, ont noté les agences européennes.

"Le crime organisé représente actuellement le risque le plus élevé pour la sécurité intérieure de l’Union européenne", a indiqué Jari Liukku, chef du Centre européen pour le crime organisé au sein d’Europol.

Selon les interlocuteurs de la conférence, le crime organisé a été "dans l’ombre" ces dernières années en raison d’une vague d’attaques terroristes et d’une importante crise migratoire en Europe. Ils estiment toutefois qu’une coopération transfrontalière doit désormais s’attaquer à ce problème en pleine croissance. En décembre, les autorités européennes avaient annoncé l’arrestation d’environ 90 suspects de la mafia calabraise ‘Ndrangheta dans six pays d’Europe et d’Amérique latine. L’un de ses chefs séjournait en Belgique, dans un appartement de Maasmechelen.