La PDG du groupe américain de défense et de sécurité Lockheed Martin, Marillyn Hewson, a promis au président élu Donald Trump de baisser le prix de son chasseur furtif F-35, qu'il juge trop cher. "J'ai donné (à M. Trump) mon engagement personnel d'abaisser le coût (de cet avion) de manière agressive", a-t-elle indiqué vendredi sur Twitter après s'être entretenue jeudi avec le futur locataire de la Maison Blanche à partir du 20 janvier prochain.

L'action de la société a reculé de 1,27% vendredi à Wall Street au lendemain des critiques de M. Trump sur le coût d'un avion qui représente 20% du chiffre d'affaires de Lockheed Martin, soit 46,1 milliards de dollars l'an dernier.

Le futur président, face au coût du F-35 Lightning II qu'il considère prohibitif, a annoncé jeudi avoir demandé à Boeing de proposer un prix pour son F/A-18 Super Hornet, laissant entendre qu'il pourrait le choisir au détriment du F-35.

Ce commentaire également posté sur Twitter a toutefois laissé perplexes nombre de spécialistes du secteur de la défense qui jugent que les deux avions ne sont en rien comparables en raison de la différence de génération - 4ème pour le F/A-18 et 5ème pour le F-35 - qui les distingue.

En développement depuis 2001 et arrivant par étapes au stade opérationnel, le F-35 Lightning II est le plus cher des programmes d'armement de l'histoire militaire américaine, avec un coût estimé à près de 400 milliards de dollars pour le Pentagone, pour 2.443 appareils à produire.

L'appareil a rencontré de très nombreux problèmes techniques, de calendrier, de mise en oeuvre et de dépassements de coûts.