Le maire de Moscou a annoncé lundi de vastes opérations policières de contrôle des immigrés, après des émeutes xénophobes qui ont fait 8 blessés la veille dans une banlieue de la ville. Le maire Vladimir Sobianine a fait cette annonce après une réunion avec le président Vladimir Poutine.

"Il a été décidé lors de cette réunion de mobiliser des forces supplémentaires pour ramener l'ordre, y compris les services de contrôle migratoire", a déclaré M. Sobianine, cité par Interfax.

La première cible de la police est un marché de gros de la banlieue de Birioulovo (sud de Moscou), assailli dimanche aux cris de "La Russie aux Russes!" par des milliers d'émeutiers après le meurtre la semaine dernière en pleine rue d'un habitant du quartier par un homme identifié comme un Caucasien.

Ces marchés, qui alimentent la capitale russe en fruits et légumes venant souvent du sud du pays et des pays voisins du Caucase et d'Asie centrale, emploient beaucoup de migrants, qu'ils soient ressortissants de ces pays, clandestins ou pas, ou des citoyens russes originaires des républiques caucasiennes du sud du pays.

Le maire de Moscou a ajouté que les autres marchés de la capitale seraient visés par des opérations policières.

Il a également annoncé des opérations de contrôle dans les immeubles à Moscou pour rechercher des immigrés clandestins.

"C'est indispensable pour comprendre l'ampleur du problème, et aider la police à retrouver le criminel", a-t-il déclaré.

Les habitants du quartier de Birioulovo s'étaient d'abord rassemblés dimanche pour réclamer l'arrestation du meurtrier et la fermeture du marché perçu comme source de criminalité, mais la manifestation a dégénéré en émeute.

Des centaines de jeunes gens ont alors attaqué un centre commercial.

Face à l'ampleur des troubles, les autorités ont mis en état d'alerte l'ensemble des forces policières de la capitale, et dépêché des forces anti-émeutes à Birioulovo, mais aussi dans le centre-ville où les autorités redoutaient la répétition d'émeutes massives d'ultra-nationalistes survenues en 2010.

Des heurts dans la soirée entre émeutiers et policiers ont fait 23 blessés au total, dont 8 ont été hospitalisés, a indiqué le ministère de la Santé cité par Interfax.

Deux des blessés hospitalisés sont des policiers, selon la même source.

La police a de son côté annoncé l'interpellation de 380 personnes, qui étaient interrogées lundi matin.

L'auteur du meurtre à l'origine de l'émeute, identifié selon le journal Izvestia comme un ressortissant d'Azerbaïdjan, n'avait pas été arrêté lundi matin.