International Le produit intérieur brut (PIB) grec a chuté au troisième trimestre 2010 se contractant de 4,5% sur un an, selon une première estimation de l'organisme statistique grec (Esa), la pire récession enregistrée actuellement dans un pays européen.

Alors que les 27 pays membres de l'Union européenne (UE) affichent une faible reprise, avec une moyenne de 2,1% de croissance sur un an et de 0,4% sur un trimestre, selon des estimations provisoires de l'office européen des statistiques Eurostat publiées vendredi également, la Grèce se trouve à la traîne, loin derrière la Roumanie, avant-dernier pays de l'Union, où le PIB s'est contracté de 2,3% au troisième trimestre sur un an.

Sur les 16 pays de la zone euro, la croissance a augmenté de 1,9% sur un an, mais elle a accusé un recul de 0,4% au troisième trimestre, également selon Eurostat.

En Grèce, par rapport au deuxième trimestre, le PIB s'est contracté de 1,1%. En Roumanie, la contraction pour la même période s'élève à 0,7%. L'aggravation de la récession en Grèce reflète la crise que traverse le pays depuis un an, qui elle même a succédé à la crise internationale, démarrée en septembre 2008.

Alors qu'il prévoit une contraction de 4% en 2010, après une baisse de 2% en 2009, le gouvernement table d'ores et déjà sur une troisième année consécutive de récession en 2011, avec un PIB de -2,6%.

Selon l'Esa, "la contraction importante du PIB est surtout due à la baisse des dépenses de consommation et à la baisse des investissements". Les chiffres concernant la contraction du PIB pour le premier et le deuxième trimestre 2010 ont été révisés vendredi à la hausse: à -2,7% pour le 2T (contre -2,5% selon les estimations publiées en juin) et à -4% pour le 3T (contre -3,7% initialement).

L'Esa a toutefois souligné que ses calculs sont provisoires, dans l'attente de la révision attendue des comptes budgétaires pour 2009 prévue lundi par Eurostat. Le déficit public grec de 2009, devrait, selon les prévisions, dépasser 15% du PIB contre 13,6% initialement annoncé.