On s’interrogeait, mardi, sur l’éventuelle présence d’une musulmane convertie, la Britannique Samantha Lewthwaite, 29 ans, au sein du groupe terroriste qui a pris d’assaut le plus grand centre commercial du Kenya. La rumeur de sa présence au Westgate semble avoir surgi quand des témoins ont affirmé qu’une femme blanche voilée faisait partie du commando. Selon Reuters, une assaillante blanche aurait été tuée. Lundi midi, le ministre kényan de l’Intérieur, Joseph Ole Lenku, indiquait cependant que seuls des hommes faisaient partie du commando et que certains avaient utilisé des vêtements de femme.

La rumeur a pris corps lorsque, lundi soir, la ministre kényane des Affaires étrangères, Amina Mohamed, a assuré que deux ou trois Américains et une Britannique faisaient partie des assaillants. Mardi soir, le président kényan est resté prudent. "Des informations des services de renseignements suggéraient qu’une femme britannique et deux ou trois citoyens américains seraient impliqués dans l’attaque. […] Nous ne pouvons confirmer les détails pour le moment mais les experts médico-légaux travaillent à établir les nationalités des terroristes", a-t-il assuré.

Un commandant des Shebabs (islamistes somaliens qui ont revendiqué l’attaque, destinée à exiger le retrait de l’armée kényane de Somalie) a, de son côté, démenti que des étrangers ou une femme figuraient parmi les preneurs d’otages. La ministre Amina Mohamed a affirmé que la "Britannique" impliquée avait déjà commis des actes similaires "à de nombreuses reprises". L’Afrique du Sud est prête à enquêter, Samantha Lewthwaite ayant, par le passé, utilisé un faux passeport d’Afrique du Sud, où elle aurait séjourné. Londres s’est pour sa part refusé à tout commentaire.

Convertie à 15 ans

Si, cependant, cette rumeur devait être avérée, la présence de Samantha Lewthwaite au Westgate confirmerait le caractère international, type Al Qaïda, de la prise d’otages, qui apparaissait jusqu’alors très liée à la situation intérieure somalienne, même si les Shebabs se disent affiliés à Al Qaïda.

Il faut noter que la direction de ce groupe islamiste somalien s’est, ces derniers mois, déchirée sur des différences de clans - vieille tare somalienne - et que ce sont les partisans d’une ligne internationaliste qui, pour l’heure, ont le dessus dans les règlements de comptes internes au mouvement.

Samantha Lewthwaite, fille de soldat britannique, s’est convertie à l’islam à l’âge de 15 ans, quelques années après le divorce de ses parents. À 17 ans, elle rencontre Jermaine Lindsay, un autre Britannique musulman, qu’elle épousera trois ans plus tard. En 2005, Lindsay sera l’un des quatre auteurs des attentats-suicide du métro de Londres de juillet 2005 (52 morts au total).

Après avoir d’abord condamné publiquement les projets terroristes de son mari, la jeune veuve avait fui la Grande-Bretagne. Peut-être pour la Somalie, où certains affirment qu’elle aurait participé à des camps d’entraînement féminins en vue d’attaques-suicide. En 2011, la police kényane affirme qu’elle est entrée dans le pays avec un faux passeport sud-africain.

Le Kenya l’accuse d’avoir participé à une attaque terroriste à Mombasa en 2012 : l’explosion d’une grenade avait tué trois personnes qui regardaient un match de foot dans un bar. L’action avait - déjà - été présentée comme une protestation contre l’invasion du sud de la Somalie par l’armée kényane.