International

François Hollande a annoncé mercredi qu'il proposerait "dans les prochains jours une politique" aux partenaires européens de la France face au drame de Lampedusa qui a coûté la vie à plus de 300 immigrés, dans une interview dont le Nouvel observateur a publié des extraits sur son site internet.

"Je proposerai dans les prochains jours une politique à nos partenaires qui s'articulerait autour du triptyque, prévention, solidarité, protection", a-t-il déclaré dans cet entretien à paraître jeudi dans l'hebdomadaire français ainsi que deux quotidiens belges, Le Soir et Der Standard.

L'Union européenne "ne peut tolérer de voir au large de ses côtes des gens mourir dans des conditions épouvantables, pour fuir la misère ou les guerres", poursuit le chef de l'Etat qui estime que l'Europe "doit en tirer les leçons".

Déclinant les trois volets de sa proposition, François Hollande précise qu'il entend par "prévention" une "meilleure coopération avec les pays d'origine et un meilleur accueil des réfugiés au plus près des zones de conflit".

La "solidarité", poursuit-il, suppose "une politique euroméditerranéenne beaucoup plus active en amplifiant encore le soutien aux pays des printemps arabes".

Quant à la "protection", elle signifierait "un renforcement de la surveillance des frontières, qui est le rôle de l'agence européenne Frontex, et une lutte plus efficace contre les passeurs".

Les plongeurs italiens poursuivaient vendredi la récupération des corps au large de l'île italienne de Lampedusa. 296 ont été ramenés sur la terre ferme alors que seuls 155 des quelque 500 migrants d'un bateau qui a fait naufrage ont pu être sauvés.