Le chirurgien congolais Denis Mukwege s'est inquiété mercredi d'une augmentation des violences sexuelles contre les enfants, certains en bas âge, en République démocratique du Congo (RDC), y compris hors des zones de conflit. 

"A l'hôpital, nous soignons de plus en plus d'enfants, même des bébés", a déclaré "l'homme qui répare les femmes" -titre d'un documentaire qui lui a été consacré par Thierry Michel et Colette Braeckman- dans l'hôpital de Panzi qu'il a fondé en 1999 dans la province du Sud-Kivu (est).

"Voir les bébés de 12 mois, même de six mois, avec des périnées complètement détruits, c'est un phénomène nouveau et très inquiétant", s'est-il alarmé en marge de l'Oslo Freedom Forum, rassemblement annuel de militants de la paix dans la capitale norvégienne.

Depuis sa création, l'hôpital de Panzi a accueilli quelque 45.000 femmes et fillettes victimes de viols accompagnés de violences sauvages.

"C'est juste le sommet de l'iceberg", selon le médecin de 61 ans. "Ce qui nous inquiète, c'est le nombre d'enfants (victimes) qui augmente. Et là, ça traduit tout simplement que le mal est en train de s'étendre dans la société. Ce n'est plus seulement dans les zones de conflit, mais au-delà des zones de conflit", a-t-il ajouté.