Les dirigeants de plusieurs pays du G8 réunis au Canada ont annoncé vendredi des contributions totalisant cinq milliards de dollars en faveur de la santé maternelle et infantile dans les pays en développement.

Ce fonds, baptisé "Initiative de Muskoka", du nom de la région canadienne où se tient le sommet du G8, a été fortement promu par Ottawa mais la faiblesse du montant débloqué par le Canada a été dénoncée par des ONG.

"L'exemple donné par les dirigeants du G8 a attiré des dons et des contributions d'autres pays (non membres du groupe) et fondations pour plus de 2,3 milliards, ce qui donne au total 7,3 milliards", a annoncé à la presse le Premier ministre canadien, Stephen Harper. Il a remercié les contributeurs du G8 et aussi les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Corée du sud, l'Espagne, la Suisse, la fondation Gates et la Fondation des Nations Unies.

"Nous encourageons les autres pays et fondations à faire de même, afin que nous nous engagions ensemble à garantir que les femmes dans les pays en développement ne souffrent plus et ne meurent plus à cause de la grossesse ou de l'accouchement", a dit M. Harper.

Le Canada fournira 2,75 milliards de dollars américains sur cinq ans pour cette cause. Selon les services du Premier ministre, cela représente 1 milliard de dollars américains d'argent nouveau et la reconduction de 1,75 milliard de contributions déjà existantes pour les cinq prochaines années.

La fondation de Bill et Melinda Gates a promis 1,5 milliard de dollars. La Russie fournira 75 millions de dollars sur trois ans, selon le sherpa de la délégation de Moscou, Arkadi Dvorkovitch. La France ne rendra publique sa participation que samedi, a-t-on indiqué dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. Malgré l'importance de sa participation - un cinquième du total du G8 - Ottawa s'est attiré des critiques.

"Le Canada a réussi à trouver au moins 1,1 milliard qui seront dépensés pour la sécurité du G8 et du G20 en une semaine, et 1,1 milliard également à dépenser en cinq ans pour la santé dans les pays pauvres", a ironisé un responsable de l'organisation humanitaire One, Guillaume Grosso.

L'"Initiative de Muskoka" vient au moment où le G8 est critiqué pour n'avoir pas respecté ses engagements de 2005. Le groupe avait alors promis une augmentation de 50 milliards de dollars en cinq ans, et n'est parvenu qu'à en verser 30 milliards, selon l'organisation d'aide au développement Oxfam.

Le G8 peine aussi à réaliser les huit "objectifs du Millénaire" dont la réduction de moitié entre 1990 et 2015 du nombre de personnes vivant avec moins d'un dollar par jour et la réduction de trois quarts de la mortalité infantile. Selon les experts, ces objectifs ne devraient pas être atteints.