"Ceux qui pensent que le Hamas va changer ont tort": son chef politique a réaffirmé mercredi au Caire que le mouvement ne reconnaîtrait pas Israël. Khaled Mechaal a également prévenu fermement le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qu’il devait se garder de prendre des mesures sans consulter le groupe islamiste, vainqueur des législatives palestiniennes.

A Gaza, le Djihad islamique, qui a revendiqué six attaques suicide contre les Israéliens dans l’année écoulée, a de son côté rejeté l’idée d’un renouvellement de la trêve et annoncé la poursuite des attentats. Certains représentants du Hamas ont eux laissé entendre qu’ils étaient prêts à observer une trêve prolongée.

L’un des responsables du Djihad islamique Khaled Batch a déclaré à la presse que le groupe palestinien ne participerait pas à un gouvernement dirigé par le Hamas. Il a également promis de venger trois activistes tués ces derniers jours par les soldats israéliens.

Au total, 11 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le week-end, dont un homme armé abattu mercredi par des soldats alors qu’il approchait d’un point de passage entre Israël et la Bande de Gaza.

Au Caire, le chef politique du mouvement a répété que "le Hamas ne reconnaîtra pas Israël". "Nous ne légitimerons pas l’occupation", a expliqué Khaled Mechaal lors d’une conférence de presse. "Nous ne nous retournerons pas contre la résistance, nous ne condamnerons aucune opération et nous n’arrêterons jamais un moudjahid" (combattant).

"Ceux qui pensent que le Hamas va changer ont tort", a expliqué le chef politique du mouvement de la résistance islamique. "Le Hamas ne changera pas en fonction de ce que veulent les autres. Il fera ses propres changements, de forme et de tactique, mais pas -changera pas- d’essence ou de stratégie".

"Je saisis cette opportunité de dire au frère Abou Mazen (Mahmoud Abbas) de ne pas prendre de nouvelle initiative, de faire des changements ou des nominations", a-t-il poursuivi. "Je veux dire ici que le Hamas ne traitera aucun changement et les considérera comme nuls et non avenus".

Le chef politique du Hamas semblait faire allusion aux informations selon lesquelles Mahmoud Abbas compterait nommer son actuel ministre de l’Intérieur, Nasser Youssef comme numéro deux des forces de sécurité palestiniennes. Le Hamas avait été mécontent de voir le président du conseil législatif palestinien Rauhi Fattouh nommer un membre du Fatah, Ibrahim Kreicheh, comme directeur général du Parlement, après les législatives du 25 janvier.

Par ailleurs, d’après un haut responsable de l’organisation islamiste, Jamal al-Khudairi, un homme d’affaires et parlementaire indépendant soutenu par le Hamas, pourrait être nommé au poste de Premier ministre. Mais lors de sa conférence de presse, Khaled Mechaal a expliqué que le Hamas n’avait pas encore fait son choix. "Al-Khudairi est une personnalité palestinienne respectée", a-t-il seulement dit.