On vous l'annonçait en décembre, mais la décision prise par le Luxembourg de rendre ses transports en commun gratuits se confirme, et la date du 1er mars 2020 est annoncée. 

La mesure sera financée grâce aux impôts, a annoncé ce lundi le gouvernement luxembourgeois. 

Les trains, les bus et le tram de la capitale ne nécessiteront plus de titres de transport pour y accéder, mais les passagers seront tenus d'avoir sur eux une carte d'identité, a indiqué le ministre luxembourgeois de la Mobilité, François Bausch.

Dans les trains, seule la 2e classe sera gratuite tandis que la 1e classe, qui représente actuellement 2,7% de l'ensemble de la fréquentation, restera payante.

Pour certaines lignes de bus gérées par les municipalités, la décision d'octroyer la gratuité reviendra cependant aux maires. "Je ne peux que recommander à tous de participer ", les a exhortés M. Bausch.

Mesure sociale et stratégie globale

La gratuité des transports "est une mesure sociale importante, c'est la cerise sociale sur le gâteau d'une stratégie globale", a commenté le ministre.

La mesure devrait coûter 41 millions d'euros par an au Luxembourg et "ce sera payé via les impôts", a dit M. Bausch.

Il s'agit d'une des mesures phares de l'accord de coalition du gouvernement mené par le libéral Xavier Bettel, réélu en octobre pour un second mandat.

Investissements conséquents

En parallèle, le Luxembourg prévoit d'investir 2,2 milliards d'euros dans le rail entre 2018 et 2023. Quant aux bus, ils devraient être électriques dès 2030.

"La gratuité des transports publics ne constituera pas la panacée pour faire basculer tous les usagers sur le transport public, nous le savons très bien", a admis M. Bausch.

Outre ses 600.000 habitants, le Luxembourg accueille chaque jour 200.000 travailleurs frontaliers venus des pays limitrophes, dont 100.000 en provenance de France.

"Pour les frontaliers, il y aura une réduction considérable" des tarifs, a assuré le ministre puisque seule la portion allant du point de départ à la frontière luxembourgeoise restera payante.

De son côté, le principal syndicat des transports, le FNCTTFEL Landesverband, a rappelé ce lundi son hostilité à la gratuité en organisant un piquet de protestation devant le cabinet du ministre.

"On dit non à la gratuité des transports parce que les conditions ne sont pas réglées pour que ça soit une histoire à succès", a expliqué à l'AFP son président, Georges Merenz.

Le syndicat s'inquiète notamment pour l'emploi de quelque 350 guichetiers, accompagnateurs de train et autres contrôleurs.