Le fondateur de l'Opus Dei, Josémaria Escriva de Balaguer, a été canonisé dimanche par le pape Jean-Paul II devant 300.000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre, une des plus grandes foules jamais réunies pour une telle cérémonie. `Après mûre réflexion, invoquant de nombreuses fois l'aide divine et écoutant nombre de nos frères, nous déclarons Josémaria Escriva de Balaguer un saint´, a déclaré le souverain pontife en latin.

Vêtus de costumes de ville et de longues robes, les hommes et femmes de 80 pays, dont beaucoup d'Espagnols, avaient convergé aux premières heures pour assister à la cérémonie. `C'était un homme très important parce qu'il a réussi à apporter la sainteté dans chaque jour de la vie. Il a montré que nous pouvions tous être des saints´, a déclaré Maria Siera Ramillan, une Espagnole venue spécialement pour l'événement.Escriva a fondé l'Opus Dei, un ordre catholique conservateur controversé, en 1928. L'ordre compte aujourd'hui 1800 prêtres affiliés. Le reste de ses 84000 membres sont des catholiques ordinaires. Escriva est le 468e saint proclamé par le pape Jean-Paul II, qui a canonisé davantage de personnes que l'ensemble de ses prédécesseurs de ces quatre derniers siècles.

Fils d'un marchand de tissus, Escriva de Balaguer est né le 9 janvier 1902 à Barbastro, dans la province de Huesca (Aragon, nord de l'Espagne).

Ordonné prêtre en 1925, il s'installe à Madrid en 1927. Un an plus tard, le 2 octobre 1928, il reçoit `l'inspiration divine´ qui lui dicte la fondation de l'Opus Dei (l'oeuvre de Dieu), institution catholique laïque ouverte aux femmes, mais obligatoirement dirigée par un ecclésiastique, dont le but est d'aider ses membres à `pratiquer les vertus chrétiennes et sanctifier leur travail ´, précise le document.

Il ouvre le premier centre de l'Opus en 1933 à Madrid : `l'académie DYA´. Les universités et les milieux étudiants et intellectuels seront en permanence le `coeur de cible´ des membres de l'Opus Dei pour le recrutement et la diffusion de leur message. En 1934, il publie `Camino´ (Chemin), livre de référence de l'Opus.

Deux ans plus tard éclate la guerre civile. Escriva vit la persécution religieuse avant de fuir en France. De retour dans son pays en 1939, il reprend sa mission. Les dirigeants de l'Opus Dei soutiennent que ses relations avec le dictateur Francisco Franco ont été très succinctes.

En 1946, l'homme s'installe à Rome, obtient un doctorat en théologie de l'Université du Latran et devient prélat d'honneur du pape Pie XII, qui reconnaît l'Opus Dei comme un `institut séculier´. Il meurt à Rome à 73 ans le 26 juin 1975. (D'après Reuters et AFP)

© La Libre Belgique 2002